Guy Manier : histoire d’un créateur du TCC

Guy Manier a accepté d’être le premier à figurer dans cette rubrique où nous serons heureux d’accueillir votre témoignage sur votre passion de l’automobile ancienne, n’hésitez pas à nous contacter si vous désirez apporter votre vécu de la voiture de collection.

GUY MANIER

12884507_10209014869798542_1242240089_n

Les  premières armes de Guy Manier dans le monde automobile remontent à 1966, année où il fonde avec Georget Roussel le CSAC : Club Automobile Sportif Calaisien. Il n’est pas encore question de voiture de collection, il faut dire qu’à l’époque le mouvement n’en est encore qu’à ses balbutiements. Leur souhait est de pouvoir entrer à la FFSA (Fédération Française du Sport Automobile) en  tant que membre et pour cela ils deviennent l’ASACC (Association Sportive Automobile Club Calaisien) en 1969. Leur passion du moment : faire du karting sur les pistes du terrain d’aviation de Marck.

Mais la piste ne leur est plus accordée, cette activité cesse. Les difficultés administratives des épreuves sportives (déjà) les font se tourner vers le monde de la voiture ancienne qui semble plus simple. C’est ainsi que les deux compères, Guy Manier et Georget Roussel pour continuer à sortir entre copains, fondent le T.C.C. en 1974.

Le T.C.C, à l’époque, est une bande de copains et il faut attendre 1978 pour qu’il y ait un vrai démarrage des activités associatives avec un premier rassemblement à Audruicq à la Pentecôte. En 1979, c’est le premier vrai rallye avec inscription préalable.

Le succès est immédiat, il n’y a pas d’autres clubs sur la région et en 1980 le rallye d’Audruicq rassemble 80 voitures. Le plateau est essentiellement constitué d’avant-guerre. Il y a une volonté très marquée de privilégier le relationnel avec les possesseurs de voitures anciennes plutôt que de céder à tout élitisme.

Guy roule avec une Mercedes 220SB de 1964. Son rêve : avoir une caisse carrée telle que celles qu’il voyait encore rouler dans l’immédiat après-guerre, dans son enfance. Mais le plus clair de son temps est absorbé par les tâches d’organisation et les jours de rallye ne sont pas des journées de repos, c’est le moins que l’on puisse dire ; en particulier le Wissant-Audruicq, réalisé en partie grâce à l’aide de Michel Coenen, est la plus grande manifestation régionale de voitures anciennes.

Georget Roussel, le compère depuis le début, disparait malheureusement en 1983 et Guy devient président du TCC. Puis en 1985 Philippe Valton le remplace à la présidence pour un mandat d’un an et Guy est à nouveau président et ce jusque la fin de l’année 2000.

1984 est marquée par la création d’un salon Auto-Moto-Camion et c’est en 1985 que le Salon du Poids Lourd prend véritablement son envol avec la présence de Max Meynier.

Autre grand évènement qui marqua cette époque; en 1988, le T.C.C. rencontre le 750MC et en 1989 a lieu le jumelage entre les 2 Clubs ou plus exactement entre le TCC et l’antenne du 750MC du Hertfordshire car le 750MC est un club national avec plusieurs antennes régionales.

IMG_20160321_0002

Les contacts nombreux avec nos amis Britanniques donnent à Guy l’opportunité d’acheter une Austin7, une Ruby de 1936 ; la caisse carrée est enfin là. Cette A7 appartenait précédemment au secrétaire général du 750MC récemment décédé.

IMG_20160321_0003

Ces rencontres donnent un nouvel élan aux sorties du TCC d’autant que les traversées vers l’Angleterre sont très peu onéreuses avec l’ouverture du Tunnel sous la Manche. Guy et le TCC se font de nouveaux amis Outre-Manche et sans pouvoir tous les citer, nous pouvons tout au moins mentionner Ken et Eileen Cooke, David et Janet Edroff.

C’est aussi la rencontre avec le 750MC qui fait découvrir au TCC les rallyes de 2 semaines organisés par le 750MC et c’est tout naturellement que Guy, en compagnie de quelques autres équipages Français, s’inscrit avec son A7 en 1997 au Tour de France organisé par le 750MC, puis ce sera l’Eurotour en 2002 qui emmènera l’A7 jusque dans les montagnes du Harz en Allemagne.

Guy achète ensuite une 2CV fourgonnette de 1971 avec laquelle il participe au Rallye Vignes et Châteaux organisé par le TCC en 2004 et qui emmène la troupe jusque dans le Bordelais avec un retour par les Châteaux de la Loire.

IMGP0277

Puis en 2010 Guy succombe aux charmes d’une 2CV Charleston de 1982 et c’est avec elle que Guy participe à Traboules et Bouchons la même année. Puis en 2012 la Charleston part en Suisse dans la région d’Interlaken et enfin en 2014 Guy et Annick l’utilisent pour Vitraux et Dentelles. Bien évidemment, entre ces rallyes au long cours s’intercalent bien d’autres sorties régionales.

IMG_2421.JPG

Parmi les souvenirs mémorables il y a la participation à la caravane du Tour de France en 1994 pendant le prologue qui faisait une boucle démarrant de Calais. C’est aussi l’année de la création de la 1ère Bourse d’échanges d’Audruicq.

Il y aurait sans doute bien d’autres choses à raconter……

Publicités

Une réflexion au sujet de « Guy Manier : histoire d’un créateur du TCC »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s