Prewar Days à Courtrai les 9,10 et 11 décembre

Pourquoi vous parler de cette exposition? Parce que c’est, à ma connaissance, la seule exposition réservée à des avant-guerre.

Après une exposition réalisée en 2019 et deux éditions qui ont dû être annulées pour cause de Covid, la deuxième édition aura lieu les 9, 10 et 11 décembre prochain.

Cette manifestation réservée aux avant-guerre avait réuni un très beau plateau de voitures en 2019 et je ne doute pas que l’édition 2022 soit un succès.
A tous les amateurs, rendez-vous les 9, 10 et 11 décembre à Courtrai XPO, President Kennedylaan 100, Courtrai en Belgique.

Voici l’affiche de la manifestation.

Résultats concours 2022

La 3ème session du concours a pour gagnants Jean-Marie Fuchs et Michel Courtois.

Les réponses attendues étaient les suivantes :

  • 1ère photo : marque Runge, motorisation : 4 cylindres à plat, matériau construction : aluminium, année : 2019
  • 2ème photo : marque de la base : Cadillac, apparaît dans les 3 films : SOS Fantômes, SOS Fantômes 2, SOS Fantômes l’Héritage, année : 1959, années sorties films : 1984, 1989 et 2022

A l’exception de la Bucciali, les autre voitures sont visibles au musée Petersen à Los Angeles.

Concours 2022 (3)

Avant de passer à la 3ème série de 2 photos, voici les résultats de la 2ème série. Les gagnants sont Benoît Vandenbavière et Dominique Guillemant.

Les réponses à donner étaient les suivantes :

  • 1ère photo : Detroit Electric, 61 Brougham, à motorisation électrique et celle de la photo date de 1915.
  • 2ème photo : Henney, motorisation électrique, produite de 1959 à 1964, et il en a été produit 47 exemplaires.

Voici la 3ème série de 2 photos qui permettra à 2 membres de ne pas avoir à payer de cotisation en 2023.

La 1ère :

Marque :

  • Porsche
  • Cisitalia
  • Pegaso
  • Rünge

Motorisation :

  • V8
  • V6
  • 4 cylindres à plat
  • 4 cylindres en ligne

Matériau de la coque :

  • aluminium
  • acier
  • inox
  • résine

Année de construction :

  • 2013
  • 2015
  • 2017
  • 2019

Et voici la 2ème voiture :

Marque de la base ayant servi à cette transformation :

  • Lincoln
  • Mercury
  • Ford
  • Cadillac

Dans quel film est-elle apparue :

  • SOS Fantômes
  • SOS Fantômes 2
  • SOS Fantômes l’Héritage

Année de production :

  • 1959
  • 1960
  • 1961
  • 1962

Années de sorties des 3 films de la série SOS Fantômes:

  • 1982, 1989 et 2020
  • 1983, 1990 et 2022
  • 1984, 1989 et 2021

Nous attendons vos réponses par mail à yveslouisroussel@gmail.com

Concours 2022 (2)

Avant de passer à la 2ème série de photos, les gagnants et les réponses de la 1ère séquence.

Les gagnants sont Laurent Lambert et Michel Truquet.

Les bonnes réponses étaient :

  • Bucciali équipée d’un 8 cylindres en ligne, construite en 1931 et le modèle était la TAV8
  • Tucker équipée d’un 6 cylindres à plat. Elles ont été construites entre 1947 et 1949 au nombre de 51 exemplaires

Voici la 2éme série de 2 photos avec les questions correspondantes.

Nous vous rappelons que les 2 premiers qui donneront les bonnes réponses ( ou si personne ne donne l’ensemble des bonnes réponses, les 2 premiers qui donneront le maximum de réponses exactes) seront exonérés de cotisation pour l’année 2023.

1ère photo :

Marque :

  • Franklin
  • Oldsmobile
  • Detroit Electric
  • Cadillac

Modèle :

  • Curved Dash
  • 61 Brougham
  • Victoria Phaeton
  • Coupé docteur

Motorisation :

  • moteur à vapeur
  • moteur à combustion interne
  • électrique

Année de construction :

  • 1902
  • 1906
  • 1915
  • 1920

Voici la 2ème photo :

Marque :

  • Renault
  • Henney
  • Bantam
  • Datsun

Motorisation :

  • 4 cylindres en ligne
  • V6
  • électrique
  • moteur à turbine

Années de production :

  • 1957-1966
  • 1960-1965
  • 1959-1964

Production totale :

  • 47
  • 470
  • 4700
  • 47000

Envoyez-nous vos réponses par mail à tacotclubcalaisien@yahoo.fr

Concours 2022

Comme annoncé par mail, voici le premier jeu de notre concours.

Ce concours est réservé aux membres du TCC et 3 fois, à 2 semaines d’intervalle, paraîtront les photos de 2 voitures. A chaque fois, il y aura 2 gagnants : les personnes qui auront donné le plus rapidement par mail à tacotclubcalaisien@yahoo.fr les bonnes réponses.

Si 7 jours après la parution des photos, il n’y a de réponse totalement exacte, ce seront les 2 réponses les plus complètes qui seront considérées comme gagnantes. Les gagnants seront prévenus par mail et ils seront exonérés de leur cotisation pour l’année 2023.

Voici la 1ère photo :

Questions :

Marque :

  • Duesenberg
  • Isotta Fraschini
  • Daimler
  • Bucciali

Motorisation :

  • V8
  • 8 cylindres en ligne
  • U16
  • V6

Année construction :

  • 1927
  • 1929
  • 1930
  • 1931

Modèle :

  • DE36
  • SJ
  • TAV 8
  • TAV 3

Voici la 2ème photo :

Questions :

Marque :

  • Cadillac
  • Tucker
  • Chevrolet
  • Lincoln

Motorisation :

  • V8
  • 8 en ligne
  • 6 en ligne
  • 6 cylindres à plat

Années de production :

  • 1946 à 1953
  • 1947 à 1952
  • 1945 à 1950
  • 1947 à 1949

Nombre d’exemplaires produits :

  • 51
  • 103
  • 506
  • 1203

Nous attendons vos réponses par mail à tacotclubcalaisien@yahoo.fr

Bucciali et Boulogne sur Mer (2)

En 1930, un nouvel échelon est gravi et au salon de l’Automobile à Paris un châssis équipé d’un 16 cylindres est exposé. Le moteur est constitué de 2 moteurs 8 cylindres en ligne assemblés en V à 22° ou de 2 moteurs disposés en U. D’après la revue Omnia de Janvier 1932, le 8 cylindres fait 5,2l ( 85,7x 114,2 mm) de cylindrée, la puissance fiscale est de 30CV et la puissance réelle est de 130CV. Le 16 cylindres fait 7,6l (72×120 mm)

article paru dans Excelsior, journal illustré quotidien du 8 octobre 1930

En 1931, Gabriel Voisin cède 3 moteurs 12 cylindres sans soupapes. Deux châssis TAV8-32 seront construits : le châssis fait plus de 4m de long et la voiture dépasse les 6m. Elle n’entre pas en production mais l’un des châssis est équipé d’une carrosserie Saoutchik et servira de voiture familiale aux Bucciali. Les flancs sont ornés d’une cigogne de métal argenté plaqué or (toutes les Bucciali portaient cet emblème de la cigogne en souvenir du passé de pilote d’avion de Paul Albert).

Publicité de la marque Bucciali dans Omnia de Octobre 1931

Omnia Janvier 1932
Omnia Janvier 1932
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est omnia_-_revue_pratique_de_..._bpt6k9815616h_37-1-1.jpg

C’est la dernière voiture construite par les frères Bucciali. Elle sera vendue à un banquier et démontée quelques années plus tard suite à des problèmes mécaniques. La voiture disparaît et dans les années 1970, un collectionneur, Raymond Jones, retrouve l’un des deux châssis et un moteur Voisin 12 cylindres et la TAV 8-32 est recréée. La voiture est terminée en 1997 et serait la propriété d’un collectionneur suisse. Seule occasion de la voir : Rétromobile 1998.

TAV8-32 ou TAV 12

Bucciali TAV8 roadster de la Blackhawk Collection
source Pinterest TAV 12 Saoutchik berline

Laquelle est authentique ou tout au moins construite sur un châssis Bucciali?

La société est toujours référencée dans un annuaire professionnel en Janvier 1935 avec une adresse à Courbevoie au n°8 de l’avenue Gambetta.

Bucciali et Boulogne sur Mer (1)

Les illustrations de cet article proviennent de Gallica, site internet de la BnF. Celle du Grand Prix de Boulogne est l’oeuvre de l’agence Rol, les autres proviennent de la revue Omnia de janvier 1931 et janvier 1932.

Il y a peu de temps, passant à Boulogne sur Mer, j’ai eu le regard attiré par une inscription sur un imposte au-dessus d’une porte d’entrée de la maison située 47, rue de la Tour Notre-Dame. Il y est inscrit : Maison d’hôtes Bucciali. Cela m’a intrigué : pourquoi le nom de Bucciali, constructeur d’automobiles de la fin des années 20, a-t-il été choisi pour cette maison d’hôtes?

La Buc au Grand Prix de Boulogne le 29/07/0922

Quelques recherches de généalogie et sur quelques sites liés à l’automobile m’ont permis de rassembler les éléments suivants : la marque Bucciali est l’oeuvre de 2 frères Angelo Joseph et Paul Albert Bucciali. Leur père Joseph Bucciali est né le 25 septembre 1849 à Charonne, Paris 11ème et est mort à Boulogne sur Mer le 4 Mars 1943, il était organiste et compositeur ; il fut organiste de l’église Saint Nicolas à Boulogne sur Mer, puis des grandes orgues de la cathédrale d’Arras avant d’être organiste titulaire des grandes orgues de la cathédrale de Boulogne sur Mer de 1900 à 1940.

Les deux frères : Angelo Joseph est né le 19 décembre 1887 à Arras et décède le 2 septembre 1946 à Rueil. Il se marie à Boulogne sur Mer le 23 novembre 1912 avec Gabrielle Lamirand et on voit dans leur acte de mariage que Angelo est professeur de musique et qu’il habite alors chez ses parents au 52, rue de Tivoli à Boulogne sur Mer. Cette rue se trouve juste derrière la rue de la Tour Notre-Dame et entre les deux rues se trouve aussi un petit jardin public baptisé autrefois Jardin Tivoli mais qui a été rebaptisé Jardin Bucciali au début des années 2000 en l’honneur de Joseph, le père. Le second frère Paul Albert est né le 27 février 1889 à Arras et décède le 1er juillet 1981 à Rueil, il est lieutenant dans l’aéronautique et pilote amateur. A son mariage qui a lieu le 20 décembre 1920 à Rueil, il est noté qu’Angelo, témoin, est industriel rue des Pipots à Boulogne sur Mer. Voici donc les raisons pour lesquelles la marque Bucciali est liée à Boulogne sur Mer.

La Buc, de profil cette fois

Maintenant, quelques mots sur la marque Bucciali. On a bien peu de chances d’en voir une dans un rallye tant la production a été confidentielle. La course automobile passionne les 2 frères, leurs premiers essais se font sur une voiture dessinée par Paul Albert et équipée d’un moteur Ballot en 1922. Le succès n’est pas au rendez-vous. Ils décident d’ouvrir un atelier à Courbevoie. Ils créent une voiture de course et c’est Marcel Violet qui est chargé de la motorisation. La Buc AB1 est prête en fin d’année 1922 et une petite série est lancée. L’une d’elles est engagée au Tour de France automobile 1923 mais contrainte à l’abandon. Le nouveau moteur créé par Marcel Violet est prêt pour le Grand Prix des Voiturettes à Boulogne en 1923 : c’est un quatre cylindres en V à compresseur Cozette, mais aux essais ils reviennent au bicylindre et remportent l’épreuve dans la catégorie moins de 500kg. Plusieurs modèles jusqu’à la Buc AB 5 sont produits mais en 1926 ils décident d’arrêter la production après environ 200 modèles produits. Ils se concentrent sur la conception d’un châssis à Traction Avant. Ce sera leur nouveau credo.

Dès le salon de l’Auto 1926, ils présentent un modèle TAV, faux-cabriolet, équipé au choix d’un moteur Scap 4 cylindres ou 8 cylindres. Le public est intéressé mais la presse spécialisée n’est pas convaincue. En 1928, sont présentées la TAV2 équipée d’un moteur Scap 4 cylindres et la TAV6 équipée d’un 6 cylindres Continental à suspension avant à roues indépendantes. Les lignes de la TAV6 sont caractéristiques ; lignes très basses, long capot, roues en alpax de 1m de diamètre. L’intérieur est très luxueux. trois exemplaires de la TAV6 sont produits. En 1929, on gravit encore un échelon avec la TAV8 équipée d’un moteur Lycoming 8 cylindres. Un accord est signé avec Peerless aux Etats-Unis pour la vente de brevets mais Peerless dépose le bilan quelques mois plus tard avec le crack boursier.

article dans Le Figaro du 11 octobre 1928 signalant que Bucciali a adopté le changement de vitesse automatique de Lavaud
article dans The Paris Times du 12 octobre 1929 montrant en position médiane une Bucciali. En partie haute, une Hotchkiss et en partie basse le stand Dunlop au salon de l’auto.
de gauche à droite : Angelo Buccilai, Mr Johnston de Peerless et Paul Bucciali après la signature de leur accord. The Chicago Tribune and The Daily News du 31 mars 1930

La suite dans quelques jours….

Lettre d’information n°25 de la FFVE

Voici le contenu de cette lettre n°25 de la FFVE :

Nouveau : Lancement de la Plateforme d’Assistance collectionneurs et professionnels

Afin d’améliorer le contact avec les collectionneurs et pour leur fournir une assistance de qualité, la Fédération Française des Véhicules d’Epoque met à disposition des collectionneurs un nouveau service d’accompagnement en mettant en place un outil de mise en relation :

  • consulter une base de connaissances
  • envoyer un message directement à la FFVE.

Découvrez la plateforme ici

La base de connaissances :

Les démarches sont souvent fastidieuses quand il s’agit de franchir le pas et passer en carte grise collection, c’est pourquoi la FFVE propose un espace dédié pour renseigner les propriétaires ou futurs acquéreurs de véhicules d’époque.

Les questions les plus fréquemment posées auront désormais leur réponse.

Cette plateforme donnera accès à quelques dizaines d’articles sur les thématiques suivantes :

  • Certificat d’immatriculation de collection (carte grise de collection)
  • Demande d’attestation FFVE
  • Fiscalité des véhicules de collection
  • Glossaire Véhicule d’Epoque
  • Règlementation
  • Zones à faibles émissions -mobilité
  • La Fédération Française des Véhicules d’Epoque

Envoi d’un message à la FFVE :

Si le collectionneur ne trouve pas la réponse dans la base de connaissances, il pourra envoyer un message à la FFVE.

Il qualifiera sa requête via un formulaire, permettant ainsi de rediriger sa demande vers le bon service. Chaque message reçu sera priorisé et transmis aux analystes concernés de la FFVE.

Voici la liste des demandes possibles via l’assistance du collectionneur :

  • Une question sur une caractéristique de votre véhicule
  • Un dossier en attente
  • Une démarche pour l’importation d’un véhicule
  • Une difficulté pour immatriculer son véhicule avec l’attestation FFVE
  • Une démarche pour obtenir une attestation pour un véhicule sans carte grise
  • Un délai supérieur à 8 semaines pour obtenir mon attestation
  • Une erreur sur mon attestation
  • Un problème sur ma facture

En conclusion, cette plateforme d’assistance dédiée pour les collectionneurs et professionnels permettra :

  • d’apporter directement des réponses précises via la consultation d’articles dans la base de connaissances
  • de répondre à des demandes particulières dans des délais raccourcis.

Il améliorera la satisfaction des collectionneurs.

Michel Coenen

Michel COENEN, qui vient de nous quitter à 78 ans, était un pilier historique de notre association (un membre « d’époque » comme le dirait ma petite fille). Il a rejoint le club à la fin des années 70, peu après sa création en 1974.
D’origine Belge, il fréquente régulièrement Wissant -ses anecdotes relatives au désensablement de la baie sont impressionnantes- où il choisit d’ouvrir son cabinet
d’architecte. Il épouse Anne Marie, une Calaisienne ; ils auront 2 fils, Sébastien et Paul.
Très impliqué dans l’essor touristique de la station, il ne peut se résoudre à voir fermer l’Hôtel de la Plage, qu’il rachète. Il acquiert également le moulin voisin, où il organise des expositions, et participe à la sauvegarde des flobards ; on le croise dans toutes les fêtes maritimes du secteur.
En contrebas de ces bâtiments, un banal hangar métallique abrite son autre passion, les CITROEN. Dans la discrétion, il réunit une impressionnante collection, du type A à la CX, avec l’une des toutes premières 7, une C4, une Rosalie, DS Prestige et cabriolet, AMI 6, SM, CX, des raretés : 2CV Sahara, Méhari 4×4, plusieurs TISSIER …. Il y a aussi quelques utilitaires, dont l’U23 benne qui participe parfois à ses chantiers, sans oublier le bus U23
décoré aux couleurs de l’hôtel, qui a du être mitraillé par bien des touristes !
De toutes manières, il y a une règle chez les Coenen : pas de moderne. On fait les courses en DS, CX ou 2CV. La plus récente doit être le cabriolet C3 d’Anne Marie.
Dans les années 80, il est à l’origine, avec Jean Marc BARATTE, alors vice président, des rallyes Wissant-Audruicq, puis de la renaissance du Rallye des 2 Caps.
Si son activité hôtelière le prive de disponibilité le dimanche, il nous apportera toujours une précieuse aide logistique et ne manquera pas de faire une brève apparition, sans compter ses contacts qui nous vaudront souvent de belles voitures au départ. Sa disponibilité, il la
prouvera également par le prêt fréquent de voitures pour nos expositions, tout récemment avec son type A 1919 pour le centenaire Citroën. Les rallyes d’Avant Guerre lui ont aussi donné l’occasion de ressortir plus souvent avec nous.
En juillet 2017, après une alerte de santé, il fait le choix de vendre sa collection aux enchères, ne gardant que le type A, une 15/6 familiale, la 2CV de son beau père et sa DS couleur vieil or. La vente attire un public nombreux et cosmopolite.
Le bus reste attaché à l’hôtel dont il parvient à se libérer pour goûter à une retraite méritée qui s’avérera bien courte. Ils adoptent même le camping car.

A Anne Marie, Sébastien et Paul, nous adressons nos plus chaleureuses condoléances et leur témoignons toute notre amitié.
Bonne route, Michel !

Texte : Philippe Valton