Vente voitures à Tilques

Un collectionneur de l’Audomarois, Monsieur Van Engelandt, est décédé il y a quelques mois et la maison de ventes aux enchères Métayer (qui a officié pour la collection de Claude Caron) va assurer la dispersion de la collection de Mr Van Engelandt constituée de voitures ( 3 Hotchkiss, 1 Amilcar et 1 Hupmobile) et d’automobilia.

Pour consulter le catalogue sur internet, il vous faut aller sur le site :

http://www.metayer-auction.com

Voici l’affiche publicitaire de cette vente qui aura lieu le samedi 19 septembre à 15h00 au château de Tilques.

collection-van-engelandt-vehicules-d-avant-guerre-et-automobilia

(10) l’automobile et l’alcool

Voici le dernier article de cette série paru dans l’Auto-Vélo le 31 mai 1902. Source Gallica/BnF.

Cet article est consacré à la visite du Président de la République : Mr. Loubet. Cette visite est prévue à 10h00 du matin.

Le journaliste suggère de goudronner ou de pétroler les pistes comme cela sera bientôt réalisé sur la Promenade des Anglais à Nice.

Quelques louanges supplémentaires s’ajoutent à toutes celles déjà formulées pour certaines marques. C’est le cas, en particulier, pour :

  • les voitures Clément pour deux personnes
  • la Société Générale des Industries économiques des moteurs Charon ( à ne pas confondre avec les automobiles Charron)
  • Darracq: dont on dit qu’elle a créé le type définitif de l’automobile de l’avenir
  • un nouveau couplet nous est servi aussi pour les motocyclettes Werner. Il est vrai qu’elles sont les seules à avoir terminé les épreuves.

Société Générale des Industries 2conomiques moteurs Charon

Une marque bien connue est par ailleurs mise en valeur, celle des carburateurs Longuemare utilisés par Darracq, Chenard et Walcker, Peugeot Frères, Aster, Corre, Déchamps, Gladiator, Hérald…

carburateur Longuemare

Nouvel éloge aussi pour Gladiator dont les trois voitures au départ sont présentes à l’arrivée. Sont passées en revue quelques marques de carburant.

electricine

On nous raconte ensuite la visite du Président de la République qui arrive à 10h00 précises et qui, après avoir vu les véhicules évoluer sur la piste, fait une tournée des stands où il a des mots aimables pour chacun.

Mercedes

Encore une fois, toutes les appréciations sont plus élogieuses les unes que les autres. La visite du Président de la République est l’occasion pour le journaliste de redistribuer des félicitations à toutes les marques qui n’en ont pas manqué jusque là.

Pour ce qui est de l’alcool, le lobbying n’a semble-t-il pas fonctionné car il a fallu attendre plus d’un siècle pour que nos carburants modernes en intègrent un certain pourcentage dans leur composition.

Hurtu

30 05 1

30 05 2

 

31 05 1

31 05 2

31 05 3

 

 

 

 

(9) l’automobile et l’alcool

Cet avant-dernier article est celui du paru le 30 mai 1902 dans l’Auto-Vélo. Source Gallica/BnF

Les photos sont également de source Gallica/BnF

Le salon de l’alcool est ouvert depuis deux jours lorsque parait cet article et va encore durer plus d’une semaine, c’est dire l’importance de l’évènement. Il y a foule, surtout autour de la piste où évoluent les véhicules, soulevant quantité de poussière.

Le premier paragraphe est consacré au moteur Herald : le journaliste le présente comme le moteur à la conception la plus aboutie du moment, son régime maximum est de 800trs/mn alors que bien d’autres tournent à 1800-2000 trs/mn (sont visés plus particulièrement les moteurs De Dion Bouton). Ce qui semble être un avantage majeur pour ce journaliste ne le restera pas bien longtemps.

Herald, AsterHérald et Aster

Le second paragraphe présente la Darracq de Marcellin comme la grande gagnante car c’est une voiture légère et ses performances ont égalé celles de voitures plus lourdes et cela prouve qu’il n’est plus nécessaire de construire des véhicules lourds pour avoir des véhicules performants.

Puis suit l’éloge de la voiture légère Clément, puis de la voiture légère Gladiator. Une longue partie de l’article est aussi consacrée aux voiturettes Renault, dont on rappelle tous les succès dans les compétitions passées.

GladiatorGladiator

Ensuite on parle de Mr. Leprêtre : producteur de l’Electrine, le carburant à l’alcool dont l’usage a été un triomphe dans les diverses épreuves.

Les éloges continuent ensuite avec les marques Chenard et Walcker, De Dietrich, Fouillaron dont on vante la simplicité de conduite (grâce au système de transmission par poulies extensibles supprimant la boîte de vitesses souvent assez rétive à l’époque), Serpollet, Werner, moteurs Aster, Société Nancéienne.

Mors 2Mors

Les journalistes de l’époque sont tous sur le modèle de Baudry de Saunier, célèbre chroniqueur automobile et qui ne formulait que des louanges et jamais de critiques sur les voitures présentées ou essayées.

 

29 05 1

29 05 2

29 05 3

 

 

(8) l’automobile et l’alcool

L’article du 30/05/1902 du journal l’Auto-Vélo nous fait un descriptif du salon qui s’est tenu du 24 Mai au 1er Juin 1902 et qui clôture les manifestations destinées à promouvoir l’utilisation de l’alcool issu de céréales. Ce salon est, bien entendu, baptisé Salon de l’Alcool. Les documents présentés dans l’article sont tous de source Gallica.

Déchampsvoiture légère Déchamps

Le premier point est un rectificatif sur l’un des lauréats du concours de consommation : le quadricycle attribué à la Société des Automobiles Peugeot est en fait de la marque Les Fils de Peugeot Frères. Les deux sociétés se regrouperont en 1910, mais à l’époque deux branches de la famille Peugeot se sont séparées et construisent chacune des automobiles. C’est le seul véhicule léger à avoir résisté aux épreuves et aux conditions exécrables.

Pour la visite du salon, la plupart des marques ont droit à quelques lignes, toutes plus élogieuses les unes que les autres.

Ainsi, la voiture légère Darracq a réussi la moyenne de 72km/h. Les marques Chenard et Walcker, Société Nancéienne, De Dietrich ont leur coup d’encensoir.

De Dietrichautomobile De Dietrich

L’alcool est présenté comme la la Solution d’avenir tant pour le chauffage, l’éclairage que pour le transport; et on annonce qu’il est en train de détrôner le gaz. On sait ce qu’il en adviendra.

Gillet Forestautomobiles Gillet-Forest

Gillet-Forest est mis à l’honneur pour le fait que tous ses véhicules ont terminé les épreuves. On passe à la marque Hérald, à la Fouillaron avec son système d’entraînement à poulies variables évitant les changements de vitesse laborieux avec les boîtes de vitesses de l’époque. On cite aussi les motocyclettes Werner car les 2 présentes au départ sont aussi présentes à l’arrivée, alors même que toutes les autres motocyclettes ont abandonné. Autre marque qui n’a pas laissé beaucoup de souvenirs dans les mémoires : les Automobiles Passy équipées d’une prise directe sur la 3ème vitesse, qui est en fait une invention de Louis Renault de 1898. Ont droit aussi à quelques lignes les voitures légères Déchamps, la marque Ader qui fabrique à la fois des moteurs fixes, des voitures et des véhicules industriels.

Fouillaronautomobiles Fouillaron

Le_Chauffeur___Louis_Locker_[...]_bpt6k5651446h_21moteur et véhicule Ader

Les différents types d’alcool sont détaillés ; par exemple pour la marque Robur on a :

  • le Robur à 50% pour les automobiles
  • le Lampant pour l’éclairage
  • la Spiritine titrant 90 à  95%

Pour ce qui est de la marque l’Entrepôt d’Ivry, elle délivre :

  • le Soleil : alcool pour l’éclairage et le chauffaga utilisable avec des appareils spécifiques à l’alcool
  • le Carbo-Soleil pour l’éclairage avec des appareils conçus pour l’utilisation du pétrole
  • le Moto-Soleil utilisé pour les automobiles et les moteurs fixes?

28 05 1

28 05 2

28 05 3

28 05 4

(7) l’automobile et l’alcool

L’article d’aujourd’hui est celui paru le 27 Mai 1902 dans le journal l’Auto-Vélo et qui se concentre sur les résultats officiels des différentes épreuves. Source Gallica.

Chenard et Walcker

Chenard et Walcker (source Gallica)

Le classement donné jusque là était un classement officieux, cette fois il s’agit du classement officiel, en particulier pour le concours de vitesse. La modification la plus importante concerne le second et le troisième qui se voient échanger leur place au classement :

  • 1er : Panhard et Levassor
  • 2ème : Darracq
  • 3ème : Panhard et Levassor.

Des médailles d’or, vermeil, argent, bronze sont remises. Liste des médailles d’or (pour l’épreuve de vitesse) :

  • motocycles moins de 50kg : Werner
  • motocycles  de moins de 250kg :  De Dion Bouton
  • voiturettes de 250 à 400kg : Renault Frères
  • voitures de 400 à  650kg : Darracq
  • voitures de 650 à 1000kg : Panhard et Levassor

Georges Richard

source Gallica

L’épreuve de consommation n’a pas de réel classement officiel. Le tableau donne un classement selon la dépense à la tonne kilométrique. Il en ressort le cassement suivant :

– pour les voitures :

  • 1er : Chenard et Walcker
  • 2ème : Bardon
  • 3ème : Delahaye

– pour les véhicules industriels :

  • 1er : Bardon
  • 2ème : Société Nancéienne
  • 3ème : Georges Richard

Delahaye

Delahaye (source Gallica)

Des médailles d’or, vermeil, argent et bronze ont également récompensé les concurrents de l’épreuve de consommation. Liste des médailles d’or :

  • voitures légères : Delahaye
  • voitures de 650 à 1000kg : Chenard et Walcker
  • véhicules industriels portant de 100 à 500kg : Georges Richard
  • véhicules industriels portant plus de 500kg : Bardon et Société Nancéienne

Des prix récompensent également les constructeurs de:

  • moteurs fixes
  • locomobiles
  • groupes moteurs
  • bateaux

Les_moteurs_agricoles___par_[...]Coupan_Gaston_bpt6k97425800_434

Source Gallica

 

27 05 1

27 05 2

27 05 3

27 05 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(6) L’automobile et l’alcool

Cet article vous apporte les informations des articles des 24 et 25 mai 1902 de l’Auto-Vélo concernant le circuit du Nord et les manifestations associées quantà l’utilisation de l’alcool comme carburant. Source Gallica/BnF.

Les photos sont également de source Gallica.

Les 2 épreuves, vitesse d’une part et consommation d’autre part, sont terminées. Les résultats du concours de consommation ne sont pas encore connus car un certain nombre de calculs sont nécessaires pour tenir compte de plusieurs paramètres.

expo1La Galerie des Machines

Ces deux manifestations se terminent par une grande exposition baptisée Salon de l’alcool. Elle va ouvrir le 24 Mai à 14h00 et durer jusqu’au 1er Juin. En fait, il s’agit déjà de la 2ème édition. Ce salon a lieu à la Galerie des Machines, aujourd’hui disparue et qui avait été construite pour l’exposition universelle de 1889 ; elle sera détruite en 1909. Cette galerie possède une piste cycliste qui sera utilisée pendant le salon pour faire rouler les véhicules.

expo 2La Galerie des Machines

Les véhicules et marques ayant participé aux épreuves sont, bien entendu, exposées.

A l’inauguration se pressent toutes les autorités et les personnes en vue du monde automobile.

Tous les usages industriels de l’alcool sont représentés : motorisation, éclairage…

La Darracq est particulièrement mise en valeur pour ses performances, de même que la Hérald. Les Delahaye sont aussi à l’honneur.

Herald_automobiles_Hérald

Les curiosités techniques sont évoquées telle la Fouillaron avec son système d’entraînement à poulies extensibles, ancêtre du Variomatic Daf. (Il n’y a de nouveau que ce qui a été oublié).

FouillaronFouillaron

Toutes les marques présentes ont droit à quelques mots agréables de la part du journaliste ; on cite : Gillet-Forest, Peugeot, Clément, Gladiator, Panhard et Levassor, Serpollet avec son Oeuf de Pâques, Bardon, les moteurs Aster, les piles pour allumage Etoile, De Dion Bouton, Ader, les moteurs Charron, La Société Nancéienne, Chenard et Walcker, Thellier, les allumages P.M., Decamps et Cie, Renault, Bourgoin(fabricant de moteurs, carburateurs, groupes électrogènes), Georges Richard, Werner, Gobron-Brillié (qui ne fabrique que des véhicules fonctionnant à l’alcool), De Dietrich, Le Robur (producteur d’alcool), Dechamps, Hurtu, E. Henriod.

l'Oeuf de Pâques SerpolletOeuf de Pâques Serpollet

Gobron-BrilliéGobron-Brillié

C’était presque un salon de l’automobile, mais franco-français.

24 05 1

25 05 1

 

25 05 2

25 05 3

25 05 4

25 05 5

25 05 6

 

 

(5) l’automobile et l’alcool

Vous trouverez ci-dessous la suite des articles du journal l’Auto-Vélo. Il s’agit ici de l’article du 18/05/1902. Source Gallica/ BnF.

Les photos sont également de source Gallica/BnF

Bruneau

Bruneau

La 2ème journée de l’épreuve de vitesse a été particulièrement rude, de par la distance à parcourir que par les conditions météorologiques très mauvaises. Le contrôle d’arrivée a vu passer 21 concurrents avant l’heure limite d’arrivée.

Les premiers, pour les 2 jours d’épreuve, sont :

  • 1er : Maurice Farman sur voiture Panhard et Levassor en 12h 1mn
  • 2ème : Jarrott sur voiture Panhard et Levassor en 13h 9mn
  • 3ème : Marcellin sur voiture légère Darracq en 13h 9mn
  • 4ème : Henri Farman sur voiture légère Panhard et Levassor en 14h 16m,
  • 5ème : Rutishause sur voiture Gardner Serpollet en 16h 6mn
  • 6ème : Grus sur voiturette Renault Frères en 16h 10mn
  • 7ème : Bardeaux en motocycle De Dion Bouton en 16h 18mn
  • 8ème :Oury sur voiturette Renault Frères en 16h 23mn

Serpollet voit ses 4 voitures engagées présentes à l’arrivée, démontrant une fiabilité remarquable. Il s’agit, bien entendu de voitures à vapeur. La vapeur étant produite par la combustion de l’alcool.

Chenard et Walcker (2)

Chenard et Walcker

Le tableau de classement nous montre que les concurrents qui terminent l’épreuve se répartissent de la façon suivante : (il y avait 85 engagés au départ)

  • 6 voitures : 2 Panhard et Levassor, 4 Gardner Serpollet
  • 7 voitures légères : 1 Darracq, 3 Panhard et Levassor, 1 Gobron-Brillié, 1 Déchamps, 1 Clément
  • 6 voiturettes : 3 Renault Frères, 1 Clément, 1 Darracq, 1 Corre
  • 1 motocycle : De Dion Bouton
  • 1 Motocyclette : Werner

Darracq 2

Darracq

Pour l’épreuve de consommation, il reste 21 concurrents en course pour la 3ème étape. L’épreuve démarre à Abbeville et se termine aux Tuileries à Paris en passant par : Dieppe, Gournay en Bray, Gisors, Mantes. Partis entre 6h00et 6h44, les derniers ne sont pas arrivés à 20h00, seuls 15 concurrents sont considérés comme ayant terminés l’épreuve dans les temps ; il faut dire que pour cette journée encore, il a fait un temps épouvantable.

Les résultats du concours ne sont pas encore connus, car il y a un certain nombre de calcils à réaliser pour intégrer différents paramètres. On peut néanmoins constater que sont présents à l’arrivée :

  • catégorie voitures : 1 Panhard et Levassor, 1 Delahaye, 1 Chenard et Walcker, 1 Herald, 1 Société Nancéienne, 1 Prunel, 1 Dietrich
  • catégorie voitures légères : 1 Panhard et Levassor, 3 Gladiator, 1 Delahaye, 1 Gillet Forest
  • catégorie voiturettes : 1 Darracq
  • catégorie motocyclettes : 1 Peugeot

Clément

Clément

18 05 1

18 05 10

18 05 11

18 05 12

18 05 2

18 05 13

18 05 3

 

18 05 4

18 05 5

18 05 6

 

 

 

 

 

 

L’automobile et l’alcool (4)

L’article de ce jour reprend l’article paru dans le journal l’Auto-Vélo le 17 Mai 1902. Cet article provient du site Gallica de la BnF ainsi que les photos qui l’accompagnent.

Il est consacré au compte-rendu du 2ème jour du concours de vitesse et du 2ème jour du concours de consommation. Rappelons que ce concours a été créé pour assurer la promotion de l’alcool en tant que carburant et est donc réalisé sous l’égide du Ministère de l’Agriculture.

Cette 2ème journée est marquée par un temps abominable : vent, pluie, grêle.

Sté NancéienneSociété Nancéienne

Le concours de vitesse :

Dés le début de l’article l’annonce principale est la victoire de Maurice Farman sur Panhard et Levassor au concours de vitesse.

Les frères Farman : Maurice, Henri et Dick sont plus connus aujourd’hui pour leur carrière dans l’aéronautique mais, au départ, Maurice et Henri étaient champions cyclistes, avant de s’intéresser assez rapidement à l’automobile et de fonder aussi leur propre marque qui fabriquera des voitures de haut de gamme de 1919 à 1931, mais ceci est une autre histoire.

Les 2 premiers véhicules gagnants sont des Panhard et Levassor, victorieuses du Paris-Berlin de 1901 mais allégées, passant de 1200kg à 1000kg. Dès la sortie d’Arras, Maurice Farman casse un ressort de suspension et il fera les 510km avec le châssis battant sur l’essieu, sans qu’il y ait rupture ni du châssis, ni de l’essieu (qui pour la 1ère fois était creux).

Par catégories, les vainqueurs sont donc :

  • voiture : Farman sur Panhard
  • voiture légère : Marcellin sur Darracq
  • voiturette : les 3 premiers sont sur Renault avec moteur De Dion 9CV
  • motocycle : De Dion
  • le résultat de la catégorie motocyclette n’est pas encore connu à la parution du journal

PeugeotPeugeot

Farman a fait les 865km de l’épreuve (neutralisations kilométriques déduites) en 12 heures et il est annoncé que cette épreuve est une victoire de l’alcool et des pneumatiques. L’avenir montrera que tant cela est vrai pour les pneumatiques, tant cela reste encore à prouver aujourd’hui pour l’alcool.

Compte-rendu de la journée : malgré l’heure très matinale, 300 à 400 personnes assistent au départ. Farman prend le départ à 4h00 précises. De Knyff et le baron de Caters renoncent tellement le temps est mauvais. A 6h00, tous les participants sont partis et les autorités se déplacent au lieu de départ de l’épreuve de consommation qui va être donné à l’autre extrémité de la ville d’Arras.

Il reste 37 concurrents pour l’épreuve de vitesse sur les 55 engagés qui avaient pris le départ la veille. Cette 2ème et dernière étape d’Arras à Paris couvre 510km en passant par Doullens, Saint-Pol sur Ternoise, Saint-Omer, Boulogne sur Mer, Abbeville, Eu, Dieppe, Gournay en Bray, Gisors, Vernon, Mantes.

Marcel Renault abandonne à Abbeville sur bris de roue. C’était la seule Renault à moteur Renault.

L’arrivée se fait à Hennemont, village proche de Saint-Geramin en Laye. A l’arrivée est dressé un buffet et on y trouve les personnalités du moment : Mrs le baron de Zuylen (membre fondateur de l’Automobile Club), le marquis de Dion, Michelin, Bouton, Darracq, Mr et Mme Gobron, Emile et louis Mors, Fernand Renault….

Le classement est le suivant :

  • voitures : 1er et 2ème : Panhard ; 3ème, 4ème, 5ème et 6ème : Gardner-Serpollet
  • voitures légères : 1er : Darracq ; 2ème : Panhard ; 3ème : Gobron-Brillé ; 4ème : Panhard ; 5ème : Deschamps ; 6ème : Clément
  • voiturettes : 1er, 2ème et 3ème : Renault ; 4ème : Clément ; 5ème : Darracq
  • motocycles : 1er : De Dion

motocyclette Wernermotocyclette Werner

L’épreuve de consommation :

Il reste 44 concurrents sur les 52 inscrits du départ. Le parcours part d’Arras pour rejoindre Abbeville en passant par Doullens, Saint Pol sur Ternoise, Saint-Omer, Boulogne sur Mer et l’arrivée se fait à Abbeville après 263km de parcours (la 1ère étape couvrait 210km, et la 3ème étape qui aura lieu le 18 mai d’Abbeville à Paris sera de 260km)

La 1ère arrivée à Abbeville est un quadricycle Peugeot. A l’heure où est publié le journal (11h45) seules 21 voitures sont arrivées tant la météo est mauvaise.

L’arrivée de la 3ème étape aura lieu à l’Automobile Club, Place de la Concorde à Paris.

Au bas du tableau de classement de l’épreuve de consommation il est noté que seules les Peugeot portant les numéros 128, 129 et 130 marchent à l’alcool pur, les autres utilisant un « alcool carburé » à 50%. Cette précision n’est pas donnée pour l’épreuve de vitesse.

MercedesMercedes

17 05 1

17 05 2

17 05 3

17 05 4

 

17 05 6

17 05 7

17 05 8

17 05 5

17 05 9

17 05 10

17 05 11

 

 

 

 

 

 

 

L’automobile et l’alcool (3)

Voici la suite des évènements de ce Circuit du Nord de 1902. Ci-dessous est reproduit l’ensemble de l’article de l’Auto-Vélo paru le 16 Mai 1902 et qui relate donc la 1ère journée d’épreuves puisque le 15 Mai ont eu lieu la 1ère des 2 étapes du concours de vitesse et aussi la 1ère des 3 étapes du concours de consommation. Cet article est de source Gallica. Les photos sont également de source Gallica.

Sté des TéléphonesSociété Industrielle des Téléphones

Le concours de vitesse : La 1ère étape s’est déroulée sur un parcours allant de Paris à Arras en passant par Châlons sur Marne et Rethel, soit 410km.

A l’heure où l’article est rédigé, 35 concurrents sont arrivés. Pour mémoire, il y avait 89 engagés au départ mais un certain nombre se sont désistés et il reste le matin du départ 55 concurrents. D’ores et déjà, le journaliste clame le succès complet de l’utilisation de l’alcool.

Dans Paris, les concurrents se dirigent vers le point de départ à Champigny d’où les concurrents s’élanceront toutes les 2 minutes à partir de 4h00 du matin. Il y a affluence et ambiance de fête à Champigny ; les cafés sont combles, ici l’on soupe au champagne, là on boit le modeste verre de vin blanc…

Le service de police au départ est dirigé par le préfet de police de Paris, en personne, Monsieur Lépine beaucoup plus connu pour le concours dont il a été l’instigateur.

Sur les 55 candidats quelques uns ne partent pas sur ennui mécanique de dernière minute. La foule est énorme au départ malgré l’heure très matinale.

DarracqDarracq

Le premier contrôle a lieu à Châlons sur Marne et plus de 2000 Châlonnais ont passé la nuit à discuter les chances des différents candidats. Suivent les autres villes avec les heures de passage des concurrents.

Finalement, les Mors, habituelles rivales des Panhard et Levassor, n’ont pas couru. Il semble que la firme Mors ait préparé ses voitures pour le Paris-Vienne et qu’elle n’ait pas souhaité les adapter pour ce concours annoncé plus tardivement. Une seule Mors engagée par un particulier, Mr. de Casters, est présente.

Un train spécial Paris-Arras a été affrété pour transporter les officiels et les personnalités, leur permettant d’être au départ à Champigny, mais aussi d’assister à l’arrivée à Arras.

Le premier à arriver à Arras est Maurice Farman qui apparait en trombe à 10h36mn. Le second arrive à 11h22mn.

Les voitures sont garées au manège militaire ( le cheval est encore très présent dans l’armée à l’époque) rue Ste Claire à Arras, à deux pas de la Préfecture. Y sont réalisés les contrôles avant remplissage des réservoirs qui sont ensuite scellés pour le lendemain.

Pour les voitures : Les Panhard et Levassor (qui ont couru déjà le Paris-Berlin) sont victorieuses de cette 1ère journée. 4 Serpollet sur 4 engagées sont déjà à l’arrivée. On note également l’un des premiers succès de Louis Renault en tant que conducteur-constructeur, il utilise encore un moteur 2 cylindres De Dion Bouton.

De Dion De Dion Bouton

Pour les voiturettes : ce sont les Darracq qui l’emportent, suivies des petites Renault

Pour les motocycles : De Dion Bouton est gagnant

Pour les motocyclettes ce sont la Clément et les Werner qui se distinguent.

Le classement général est le suivant :

– 1er : Maurice Farman sur voiture Panhard

– 2ème : Marcellin sur voiture légère Darracq

– 3ème : Louis Renault sur voiture légère Renault

– 4ème : Jarrot sur voiture Panhard

– 5ème : Henri Farman sur voiture légère Panhard

– 6ème : Osmont sur motocycle De Dion Bouton

Decauville Decauville

L’épreuve de consommation : dont c’est aussi la 1ère étape se déroule aussi entre Paris et Arras mais sur un parcours de 210 km passant par Pontoise, Beauvais, Amiens, Doullens.

Le départ a lieu aux Tuileries et il est prévu à 8h00 du matin mais les concurrents sont si pressés que le départ est avancé à 7h00.

A l’issue de cette 1ère étape du concours de consommation, le classement est le suivant :

– 1er : voiture Panhard et Levassor

– 2ème : voiture Brouhot et Cie

– 3ème : voiture Sté Industrielle des Télécommunications

– 4ème : voiturette Georges Richard

– 5ème : voiture légère Georges Richard

– 6ème : voiture Georges Richard

BardonBardon

16 05 1

16 05 2

16 05 3

16 05 4

16 05 5

16 05 6

16 05 7

 

16 05 8

16 05 9

16 05 10

16 05 11

16 05 12