Bourse d’Audruicq 2020

Avis de tempête sur la bourse… 

P1060185

L’affaire avait pourtant plutôt bien débuté. Ayant pu disposer de la salle dès le vendredi matin, les tables étaient dressées en début d’après-midi et les voitures toutes rentrées le samedi midi. Ceci a permis de se préparer sereinement, de revoir les nouvelles consignes et d’accueillir les exposants du samedi.

Malheureusement, les calamités météorologiques annoncées étaient bien au rendez-vous dimanche matin. Nous avons connu tous les temps, mais là …

P1060207

Si nous n’avons pas déploré de défection à l’intérieur, c’était la débandade dehors. Quelques courageux, plutôt même téméraires, ont bien tenté de déballer, mais la majorité a renoncé, ce qui est tout à fait compréhensible. (Remercions cependant au passage ceux qui ont eu la courtoisie élémentaire de prévenir ; ça se fait). Mention particulière pour le club LAND ROVER qui a tenu bon jusqu’au soir, assurant même le dépannage de quelques naufragés embourbés ; chapeau bas et un grand merci ! Leur plus haut fait d’armes fut de désembourber un Land moderne … avant d’expliquer au propriétaire comment se mettre en 4X4, ça ne s’invente pas.

Très gros stress donc à l’ouverture, mais le miracle s’est produit ! Les passionnés, les purs, les fidèles étaient au rendez vous, une deuxième caisse rapidement ouverte. Le public se concentrant à l’intérieur, l’impression de foule était plus perceptible que d’habitude, et la circulation dense dans les allées.

P1060184

La présence de nouveaux exposants (sellier, outillage, sablage, …) a été saluée et le plateau a connu un franc succès. La question récurrente concernait l’origine des voitures, et l’incrédulité était visible quand ils apprenaient qu’elles sortaient des garages du TCC. L’étiquetage précis a beaucoup plu. Le niveau était tout à fait comparable à celui de l’expo Citroën en 2019. Vu ce succès mérité, Michel travaille déjà sur le thème 2021. Le thème de l’exposition : « L’âge d’or des caisses carrées » nous a permis de rassembler 11 véhicules d’avant-guerre caractéristiques ce cette période où on ne parlait pas encore d’aérodynamisme. La liste est la suivante :

  • Rolland Pilain 1924
  • Renault NN 1924 dans son état d’origine remarquable
  • Chenard et Walcker Z5 1928
  • Citroën B14 1928
  • Citroën C4 1929
  • Talbot M67 1931
  • Bugatti 49 coupé Vanvooren 1931
  • Citroën Rosalie 15 familiale grand luxe 1933
  • Mathis EMY4s 1933
  • Austin 10 Colwyn 1934
  • Austin 7 Opal 1936

P1060231

P1060199

Vous les retrouverez dans le diaporama en fin de compte-rendu. A noter que la plupart de ces voitures participent tous les ans à notre rallye réservé aux avant-guerre qui a lieu à la fin juin, le prochain étant programmé les 27 et 28 juin 2020.

Les clubs amis étaient présents, les rencontres aussi nombreuses et nous avons eu le plaisir de croiser d’anciens exposants, comme Francis HOUSSOY, JP MESPELAERE ou encore Monsieur BOWDEN, l’Anglais qui vendait des miniatures dans la petite salle (aller-retour dans la journée en ferry ! Il faut avoir le pied marin!). La réputation conviviale de notre club n’est pas une légende.

Les conditions particulières n’ont permis qu’une validation partielle des nouvelles procédures, mais elles se sont révélées efficaces. Toutes les équipes ont fait face et se sont adaptées ; saluons tout particulièrement ceux qui ont assuré les postes en extérieur dans des conditions cataclysmiques, un grand MERCI à eux ! De nouvelles têtes, plus jeunes, sont apparues, et des habitués ont révélé des dispositions prometteuses.

Malgré une timide reprise l’après midi, nous avons décidé d’avancer à 17h la fermeture de la bourse. L’ensemble des exposants paraissait plutôt satisfait, notamment en comparaison d’autres manifestations récentes, exposées à des intempéries comparables ; la mezzanine a rarement été aussi fréquentée. On pourrait finalement adopter cette expression suisse : « on a été déçus en bien », tellement le pire était envisagé.

Certes, le cap des 2000 visiteurs n’a pas été atteint, mais les mesures décidées pour cette édition devraient lui assurer un bel avenir. Toute l’équipe du TCC a fourni un travail remarquable et nous pouvons être fiers de notre club. Merci à tous.

On ne saurait évidemment conclure sans saluer le courage des visiteurs, certains même en anciennes, qui ont fait, contre vents et marées, le déplacement, une reconnaissance pour le travail constant pour améliorer et développer notre bourse.

La notorité acquise par la bourse d’Audruicq  en fait une occasion de rassemblement et de rencontres. Les habitués, dont certains sont là depuis la première édition, se rencontrent sans avoir eu besoin d’en faire la démarche ; sans doute parce qu’une ambiance particulière se dégage autour de l’accueil, du bar, de l’espace restauration ou au détour des allées devant les stands et qu’on est content de revenir pour cette première bourse de l’année.

Ce sont des souvenirs, parfois lointains qui sont évoqués…les plus vieux voient arriver de nouvelles générations aux motivations, peut-être, un peu différentes de par les véhicules collectionnés mais dont l’esprit reste le même que celui qui a maintenu intacte la passion pour ces « anciens » toujours présents et devenus quelque peu expérimentés pour prodiguer quelques modestes conseils…

P1060248

L’occasion aussi de renouer avec d’anciens amis perdus de vue. A l’accueil, j’ai discuté un bon moment avec un visiteur avant qu’il ne me reconnaisse au timbre de ma voix et que je n’avais pas vu depuis  plus de 30 ans. Depuis cette époque je roule toujours dans ma Traction et lui aussi…!!! L’intérêt est toujours le même et nous nous sommes promis de rester en contact.

On peut aussi évoquer la cohésion et la stabilité de l’équipe des bénévoles avec l’arrivée d’adhérents motivés et plus jeunes pour assurer l’avenir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Texte : Philippe Valton et Michel Truquet

Photos : Philippe Valton

17ème article : Tour de France auto 1899

Voici l’article du 25 juillet 1899 du journal Le Matin relatant la dernière étape du 1er Tour de France automobile en 1899 (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

Dans le titre de l’article on sait que le vainqueur est de Knyff qui a parcouru 2300km en 45heures, soit une moyenne de 51,1km/h. Cette moyenne est impressionnante quand on regarde ce qu’étaient les voitures à l’époque et l’état des routes.

1899_tour_de_france_html_189f1db9Girardot sur Panhard et Leavssor avant le départ à Cabourg. Source : journal-le-matin.overblog.com

1899_tour_de_france_html_m4abeac81.jpg      De Knyff sur Panhard et Leavassor à Cabourg. Source : journal-le-matin.overblog.com

1899_tour_de_france_html_5c45654f.jpg                                                                      Départ de Clément sur Panhard et Levassor. Source : journal-le-matin.overblog.com

1899_tour_de_france_html_dcaa152.jpg                                             Départ de Gabriel sur Decauville.  Source : journal-le-matin.overblog.com

1899_tour_de_france_html_m3ad58f5f.jpg                                       Mr Heath sur Panhard et Levassor traversant le pont à Cabourg. Source : journal-le-matin.overblog.com

1899_tour_de_france_html_4ad04f9d       Arrivée de de Knyff à St Geramin en Laye. Source : journal-le-matin.overblog.com

Dix-neuf concurrents ont réussi à faire l’ensemble du parcours sur les 49 qui avaient pris le départ et il faut noter qu’aucun accident grave n’a eu lieu. Aucun spectateur n’a été blessé et parmi les chauffeurs et les mécaniciens il y a des blessés mais pas de blessé grave.

Une surprise nous attend : 18 concurrents sont partis de Cabourg et 19 sont arrivés à St Germain….Par quel miracle? En fait, Jenatzy, qui avait connu de gros ennuis mécaniques dès la 3ème étape, n’a jamais abandonné et est arrivé à Cabourg une heure après que les autres en soient partis et est donc parvenu finalement à St Germain.

A 3 heures de l’après-midi plus de 2000 personnes attendent les concurrents à St Germain en Laye. Les notables présents à l’arrivée sont en grand nombre.

Les gagnants sont : de Knyff pour la catégorie voitures, Tart pour la catégorie motocycles et Gabriel pour la catégorie voiturettes.

Les calculs définitifs prendront quelques jours pour intégrer tous les paramètres et avoir un classement officiel. Le classement doit concerner 6 voitures, 8 motocycles et 2 voiturettes.

63ème 25juillet 1 - Copie

64ème 25juillet 2 - Copie

65ème 25juillet 3 - Copie

Bourse d’Audruicq : J-1

La 27éme édition de la Bourse d’ Audruicq a lieu demain dimanche 23 Février aux lieux et heures habituels : de 9h00 à 17h30, salle polyvalente, route de Nortkerque.

Préparez vos listes de pièces, venez à la rencontre de vos amis collectionneurs, venez fouiner dans les étals de pièces, de documentation, de miniatures….et faites faire un petit galop à l’une de vos anciennes après son hibernation.

L’exposition, cette année, est consacrée aux caisses carrées.

IMG_0633

16ème article : Tour de France auto 1899

Vous trouverez ci-dessous l’article du 24 juillet 1899 du journal Le Matin relatant l’étape du 23 juillet reliant Nantes à Cabourg  (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

Les_Sports_modernes___{Paris-illustré}__bpt6k9758773p_11Publicité Panhard et Levassor dans Les Sports Modernes. (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

Les_Sports_modernes___{Paris-illustré}__bpt6k97587743_3Publicité De Dion Bouton parue dans Les Sports Modernes. (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

Cette étape de 338km est l’avant-dernière avant l’arrivée. Apparemment les surprises ont été nombreuses alors que cette étape semblait ne pas devoir bousculer le classement établi. En effet, le second de la catégorie voitures ainsi que le second de la catégorie motocycles ont dû abandonner.

f8Levegh sur Mors. Photo collection Jules Beau. (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

Charron, 2ème de la catégorie voitures, a vu sa voiture gripper : moteur ou boîte de vitesses, on ne sait pas mais il est contraint à l’abandon. Corre, second de la catégorie motocycles, a fait une chute et son motocycle est hors d’usage.

Le temps, qui avait été très ensoleillé et chaud jusque là, a basculé et des pluies importantes ont beaucoup gêné les concurrents. Seuls sont encore classés 6 voitures, 8 motocycles et 1 voiturette, ce qui ne signifie pas que les autres soient éliminés, mais leurs temps de parcours doivent être recalculés en fonction des arrêts de réparation qu’ils ont eus et qui ne sont pas disponibles le soir à l’étape. Au dernier départ, il y aura donc 8 voitures, 8 motocycles et 2 voiturettes pour rejoindre St Germain.

60ème 24juillet 1 - Copie

61ème 24juillet 2 - Copie

62ème 24juillet 3 - Copie

 

15ème article : Tour de France auto 1899

Vous trouverez ci-dessous l’article paru dans Le Matin le 23 juillet 1899 et qui relate la journée de course du 22 juillet 1899 du 1er Tour de France automobile (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

Cette étape va de Périgueux à Nantes, soit 339 km, et il y a 23 concurrents au départ et tous arrivent à destination sans panne… 4 concurrents ne se sont pas présentés au départ et il en reste 2 qui, même s’ils ne peuvent plus prétendre à la victoire puisque n’ayant pas pu se présenter aux contrôles en temps voulu, continuent à faire le parcours. Dans les 23 concurrents arrivés, il reste 9 voitures dont 2 hors classement, 12 motocycles et 2 voiturettes.

1899_tour_de_france_html_186829d6.jpgCharron à son arrivée prenant une coupe de champagne. Source : journal-le-matin.overblog.com

f12.jpgL’arrivée à Nantes, en particulier Béconnais sur Aster. Photo collection Jules Beau (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

f14.jpgGirardot (sur Panhard et Levassor) et Clément (sur Panhard et Levassor) à l’arrivée à Nantes.  Photo collection Jules Beau (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

1899_tour_de_france_html_m5e54a3f9.jpgContrôle de Nantes. Source : journal-le-matin.overblog.com

1899_tour_de_france_html_m46952ba6.jpg                   Arrivée du comte de Chasseloup-Laubat sur Panhard et Levassor à Nantes. Source : journal-le-matin.overblog.com

Le comte De Dion est présent à l’arrivée à Nantes. La moyenne la plus élevée ce jour est de 49km/h par Chasseloup-Laubat sur Panhard et Levassor.

56ème 23juillet 1 - Copie

57ème 23juillet 2 - Copie

58ème 23juillet 3 - Copie

59ème 23juillet 4 - Copie

 

Rétromobile 2020

Il y a un an, alors que je n’ai manqué que 3 éditions depuis 1978 (encore à la Bastille à cette époque), je m’étais promis de ne pas revenir à Rétromobile. Trop de choses avaient changé, une deuxième vague de mes marchands fétiches avaient disparu, poussés dehors par des tarifs exorbitants et j’avais envie de sortir dès 15heures… Il a fallu l’appel d’un ami pour me décider à m’y rendre encore, et je ne le regrette nullement.

P1050913

Certes, hors de question aujourd’hui de retrouver la ferraille et la poussière de La Bastille. Les voitures populaires ne sont admises que pour célébrer un anniversaire sur le stand du constructeur, et les belles classiques des années 30 s’effacent devant les GT de moins de 50 ans, mais de plus de 100.000€. C’est sur les stands des clubs qu’elles survivent encore. Mais que c’est beau ….

P1060044
Les grands ancêtres sont réunis autour de l’espace « musées », comme cette De Dion à vapeur 1891, un dinosaure qui permet de mesurer l’évolution depuis seulement 130 ans. Une curieuse De Coucy de records (350cc) côtoie un raccourci de Renault 4. On y apprend que le musée de Compiègne est à nouveau visitable dans son intégralité, un but de visite pour notre club ? Pourquoi pas.

De Dion à vapeur 1891P1050884

De Coucy de recordsP1050887b

Sur les stands vendeurs, quelques avant guerre de haute couture s’immiscent encore au milieu des Ferrari, Lamborghini, Aston Martin et autres GT plus belles que neuves, plus diversifiées, il me semble, que lors des éditions précédentes.

Quelques spécialistes exposent encore de superbes BUGATTI (57 atalante, 43A, 59 « Roi des Belges »), HISPANO ou DELAHAYE; une rutilante MERCEDES 540K trône chez Sotheby’s tandis que des FERRARI des années 50, carrossées à l’unité, avoisinent une PEGASO dessinée par SAOUTCHIK. ROLLS ROYCE et BENTLEY rivalisent de luxe et d’élégance, avec quelques réserves sur l’extravagante RR dorée de l’actrice Zsa Zsa GABOR, décédée à 98 ans en 2016 (Artcurial). Le sommet de cette édition, c’est incontestablement ce stand ALFA ROMEO qui présente quelques uns des plus beaux modèles sportifs de la marque jusqu’aux années 60; les photos parlent d’elles même. A tomber à genoux …

Pegaso carrossée par SaoutchikP1060011

Stand Alfa RoméoP1050909

Les stands de marques actuelles sont un peu décevants cette année; CITROEN célèbre la SM et présente -quelle utilité ??- une autochenille B2 « Croisière Noire » flambant neuve et … électrique ; RENAULT, par contre, offre une exposition interactive (basée sur le vote des visiteurs), dont une intéressante et rare (quelques dizaines produites) Primaquatre SAPRAR, prévue pour concurrencer les PEUGEOT DARL’MAT mais qui, sans amélioration mécanique, ne connut pas le succès escompté. Figure aussi le prototype H, un haut de gamme envisagé aux côtés de la R16.

Renault Primaquatre SAPRARP1060005

Renault type HP1060015

P1060028

L’électricité est à la mode avec la LOHNER-PORSCHE et l’exposition FFVE qui présente son plateau « branché » : Coupé ROSENGART, BUGATTI 56, CGEGREGOIRE et KRIEGER.
La campagne de France (1940) est évoquée par le musée de Saumur, avec un tracteur d’artillerie LICORNE-LAFFLY et un char SOMUA.

LOHNER-PORSCHE (moteurs électriques dans les roues avant)P1060004

CGE GREGOIREP1060025

La passerelle accueille une étonnante et exotique rétrospective TATRA et l’on accède ensuite à l’espace clubs, avec de belles classiques françaises (DELAHAYE, FACEL, SALMSON, PANHARD, HISPANO), la présentation d’une Chambord revisitée par SIMCA do BRAZIL, qui continua à la produire jusque dans les années 70. Dans l’exposition de voitures à moins de 25.000€ se tient une curieuse présentation de tracteurs, dont 2 CITROEN (le vigneron et un « bitza » artisanal) et un chenillé RENAULT, contrastant avec la modernité du plateau BERTONE des années 70.

TATRAP1050851

Chambord revisitée par Simca do BrazilP1050801

Les amateurs de beau papier, de miniatures ou d’Automobilia y trouveront leur compte, mais certains prix déroutent parfois. Soit hors de prix, soit carrément bradé.
On y croise du beau monde, et j’ai même pu deviser quelques minutes avec Henri
PESCAROLO (un stand rend hommage à sa carrière).

Henri PESCAROLOP1050868

Cette manifestation vise à figurer dans le top international, et s’en donne les moyens; que des oeuvres d’art autour desquelles nous tournerions une demi heure si elles étaient stationnées dans notre rue, mais devant lesquelles il faut passer au pas de charge, le train repart à l’heure! C’est comme au Louvre, que du beau mais rien à acheter … D’année en année, le budget dépenses décroît, ce qui n’est pas totalement négatif.
Les avis seront donc tranchés, on aime ou pas. Nos bourses ont une ambiance autrement plus conviviale, avec la probabilité d’y trouver plus sûrement l’objet convoité, et à bon prix, mais cette concentration de magnifiques voitures est incontournable. A noter que la prochaine édition ne se déroulera plus dans les mêmes halls et promet donc de nouvelles surprises.

Texte et photos : Philippe Valton

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Anglaises :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo Bertone :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo Citroën :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo Alfa Roméo :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo Tatra :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

14ème article : Tour de France auto 1899

Ci-dessous vous trouverez les articles des 21 et 22 juillet 1899 du journal Le Matin concernant le Tour de France automobile de 1899 (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France)

L’article du 21 Juillet est consacré à des nouvelles plus précises de ce qui s’est passé le 19 juillet sur l’étape reliant Aix les Bains à Vichy car la journée du 20 juillet est une journée de repos.

f5.jpgCharron (Panhard et Levassor) et Giraud (Amédée Bollée) avec leurs voitures. Photo collection Jules Beau. (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

f6Diverses photos au long du parcours. Collection Jules Beau (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

La_Vie_au_grand_air_[...]_bpt6k96060694_12.jpgPhoto parue dans La vie au grand air. (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

1899_tour_de_france_html_m667786edLe contrôle de Clermont-Ferrand.Source : journal-le-matin.overblog.com

On nous montre l’entr’aide entre les concurrents, en particulier De Knyff qui s’arrête à proximité de St Etienne pour porter secours à Williams qui a perdu une roue, ce qui lui a occasionné un accident assez sérieux.

Ensuite, on nous donne le classement à l’issue des 3 premières étapes. Il reste 35 véhicules ayant bouclé les 1039km mais 9 sont déclarés hors course ayant pointé hors délais à certains contrôles, on ne sait pas clairement s’ils seront néanmoins classés ou pas. La journée est en partie occupée par un déjeuner au Cercle des Etrangers, le reste de la journée étant laissé libre.

51ème 21juillet 1 - Copie

52ème 21 juillet 2 - Copie

Dans l’article du 22 juillet, on nous informe du déroulé de la 4ème étape reliant Vichy à Périgueux. Cette étape est prévue comme étant difficile, la distance à parcourir est de 300km et l’altitude dépassera les 1000m. Certains concurrents ne sont arrivés à Vichy que ce jour même au matin, c’est le cas de Jenatzy arrivé à 8h15 et reparti à 10h25 et de Flash arrivé à Vichy à 10h10 est reparti aussitôt. Ces 2 concurrents ont réparé leur voiture sur la route de Aix les Bains à Vichy.

1899_tour_de_france_html_m16c00830.jpg                  Passage de de Knyff (Panhard et Levassor) dans l’étape Vichy-Périgueux.  Source : journal-le-matin.overblog.com

1899_tour_de_france_html_7b9e914fLes Graizes (étape Vichy-Périgueux) : passage de Girardot (Panhard et Levassor). Source : journal-le-matin.overblog.com

f10Arrivée de Tart à Périgueux sans selle… Photo collection Jules Beau. (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France).

Au départ officiel de ce jour il y a encore 30 concurrents. Mais la route est marquée par 2 passages à plus de 1050 mètres d’altitude et il y a plusieurs abandons dans cette zone. Au moins 4 abandons sont notifiés dont 1 suite à un accident sans blessé.

L’arrivée à Périgueux est marquée par des rues pavoisées, il y a une foule importante et tous les notables de la région sont présents. 23 concurrents arrivent à Périgueux avant la fermeture du contrôle. De Knyff arrive avec la roue arrière droite sans pneumatique depuis 11km, Tart qui concourt en motocycle De Dion n’a plus de selle et est assis sur son réservoir d’essence.

53ème 22juillet 1 - Copie

54ème 22juillet 2

55ème 22juillet 3

 

 

Rallye G.B. 2020

Comme tous les ans nous proposons une escapade en Grande-Bretagne. Cette année, elle  sera d’une journée : le dimanche 19 juillet, nous serons dans le Kent pour une rencontre avec nos amis du 750MC.

Le parcours en Grande-Bretagne sera de l’ordre de 60km et la journée sera centrée sur le RHDR : Romney, Hythe and Dymchurch Railway. Il s’agit d’une ligne de chemin de fer à vapeur commerciale créée en 1927, mais à l’échelle 1/3 par rapport à un train classique.

Tous les détails sont disponibles dans le courrier que vous trouverez en cliquant: ici

Samson_tender_Dunge