Retour sur La Palisse

Lors de leur voyage à La Palisse, les participants du TCC, dont nous avons relaté les aventures il y a quelques semaines, sont entrés en contact avec des Autrichiens qui étaient venus spécialement en France pour découvrir cette manifestation du bouchon de La Palisse. L’une des personnes est journaliste et a rédigé un article agémenté de photos qu’elle a accepté que nous fassions paraitre sur notre site internet.

Cet article a un certain intérêt, en ce sens qu’il nous montre comment est ressentie une manifestation « à la française » par d’autres européens de culture plutôt germanique.

Voici l’article de Theresa Villinger que nous remercions d’avoir accepté qu’on le publie :

Grande nation, grande fêteLapalisse_Bild_2.jpgTous les deux ans, des invités français et internationaux célèbrent un festival à Lapalisse. Il s’agit d’un énorme embouteillage dans la paisible communauté française organisé avec les véhicules d’époque. Je devais le voir.

D’un côté, en tant que résident de la très fréquentée Inn Valley, cela m’a rendu sceptique, de l’autre côté, le fan de voitures anciennes en moi était attiré comme par magie par ce rassemblement inhabituel de passionnés de vieilles voitures. Je devais le voir.

Le 12 octobre 2018, c’était enfin l’heure; ma fille Theresa et moi avons  fait avec notre (ancienne nouvelle) Fiat Multipla les 870 km pour aller à  l’embouteillage de Lapalisse. Le village est situé à environ 150 km à l’ouest de Lyon.

lapalisse_bild_4

lapalisse_bild_6

Tous les deux ans, un embouteillage y est réalisé avec des véhicules construits jusqu’en 1970. Il s’agit d’un festival de voitures anciennes sur la mythique route nationale 7, comme l’appelle Michel (conducteur d’une Citroën Traction Avant).(il s’agit de Michel Truquet)

L’ancienne route nationale 7 (RN 7 ou N7 ou route Bleue) est l’une des 14 routes nationales qui partent, comme toutes les autres du « Point Zéro », devant le parvis de Notre Dame à Paris. La RN7 mène au sud. Elle était la route touristique des parisiens vers les maisons de vacances réputées de Nice, Cannes ou Monte Carlo. À Lapalisse, cette route empruntait un pont étroit, ce qui provoquait un goulot d’étranglement et un embouteillage normal.

Il y a quelques années, avec le caricaturiste français Thierry Dubois, qui peignait passionnément des scènes de circulation sur les autoroutes françaises, la municipalité de Lapalisse a mis en place un festival de voitures anciennes sans égal. Ainsi, les organisateurs ont frappé le nerf de la scène des voitures anciennes françaises. Mais pas seulement cela, mais aussi les nombreux Français de la RN 7 ou ceux qui aspirent au temps passé soi-disant calme. Cette année, plus de 1 000 véhicules ont été recensés et jusqu’à 30 000 visiteurs.

lapalisse_bild_7

J’étais très curieux de découvrir cela, malgré un article lu dans un journal de voitures anciennes allemand et les vidéos YouTube considérées. Je voulais entendre les voitures de collection, voir et sentir.

Nous avons passé la nuit à environ 20 km de Vichy et avons fait connaissance à l’hôtel, dès le premier petit-déjeuner, d’une troupe de voitures anciennes du Nord de la France. Trois couples plus âgés et deux conducteurs isolés sont partis du nord de la France dans trois Citroën Traction Avant, une Simca Aronde P60 et une VW Scirocco « non contemporaine » se dirigeant vers le sud sur la RN7. La troupe veut se rendre au festival du passé et jusqu’au point final de la route Bleue à Menton.

Michel est l’un des trois conducteurs de Traction et pense que le voyage à Menton lui a coûté non seulement le travail de réservation d’hôtel, mais également une préparation intense de sa voiture : « Pour une si longue distance, j’ai ma Traction Avant 11 BL qui est à l’aise et capable de suivre le trafic actuel, mais nécessite quelques précautions. Lors de mon dernier trajet vers le Sussex, j’ai remarqué un jeu inhabituel sur le levier de vitesses. Un anneau de synchronisation a été remplacé. A l’occasion de cette réparation assez complexe, j’ai aussi remplacé le freins arrière, les plaquettes et le roulement de roue arrière … « 

lapalisse_bild_9

lapalisse_img_0028

Après le circuit, Michel m’a dit fièrement que le seul problème était la courroie trapézoïdale déchirée de la Simca Aronde P60.

La France est en fait la destination de voyage vintage idéale. Depuis janvier 2018, à 80 km / h (jusqu’à 90 km / h), vous circulez sans problème avec presque toutes les voitures de collection. Le sentiment oppressant d’être un obstacle à la circulation est plus sensible dans les grandes villes aux redémarrages aux feux de circulation. En général, les Français n’ont que peu de compréhension pour les automobilistes en anciennes.

Une charmante policière nous montre le chemin au rond-point à l’entrée de Lapalisse et nous informe qu’il reste assez de place pour se garer.

lapalisse_img_0037-2-

lapalisse_img_0054-2-

Avec ma fille, qui parle couramment le français, un dictaphone et un appareil photo à la main, nous avons pris d’assaut la rue principale. Les voitures de collection sont arrivées petit à petit. De nombreux participants s’étaient habillés de manière appropriée dans le style des années 50 et 60. La veille à Lapalisse, il était possible d’emprunter des vêtements à l’organisateur. De nombreux participants ont profité de cette opportunité. Ici, vous rencontrerez de vrais policiers factices qui aiment siffler de leur coup de sifflet, parfois des dames et un prêtre portant des lunettes de soleil, qui « aspergeait » abondamment d’eau bénite une compagnie de filles turbulentes sur un semi-remorque.

Les véhicules, y compris l’équipe des films de Louis de Funes, apparaissent également ici. La religieuse sur le sidecar du film « Le gendarme de Saint-Tropez » fait retentir la chanson « Douilou, Douilou Saint-Tropez », filant dans la rue (si la circulation le permet).

Ou encore le camion gris de Renault, qui passe au coin des rues avec des sacs de charbon, tiré du film « Balduin, la peur des vacances ».

Lapalisse_IMG_0103.jpg

Mais aussi un corbillard Renault avec cercueil et des invités faisant la fête à travers la zone d’embouteillage.

Les marques françaises l’emportaient au point de vue présence. Les véhicules les plus courants étaient certainement Citroën Traction Avant, 2 CV, AMI 6, Renault 4CV, Dauphine, R8 (un nombre relativement élevé de Gordini avec un son vraiment cool) et des Floride, ainsi que des Peugeot 202, 204 Berline, Coupé, Break et Cabriolet, 403 Sedan et Break, 404 et Simca Aronde P60, 1300/1500 et un peu de Panhard PL17. J’étais particulièrement heureux avec une rare Facellia de Facel Vega et une Renault Frégate, la Renault haut de gamme que je n’avais jamais vue en direct et en couleur.

De même, un Rovin D4, qui semble avoir sauté du carrousel des enfants, réjouit notre esprit.

Bien sûr, il y avait de nombreuses motos, telles que Peugeot, Terrot – les engins de police des films de Louis de Funes – et des cyclomoteurs, Velosolex et Peugeot, même en tandem. Il y avait aussi des camions, Citroën, Berliet, Willeme et Saviem.

Je voulais en savoir plus sur le pays des voitures anciennes, la France, et nous nous sommes donc engagés pour une balade dans l’une des belles voitures de collection.

Le premier était Bernard, un monsieur âgé, assis seul dans une Peugeot 403 noire. Theresa et moi avons été autorisés à l’arrière – et c’était là, comme dans mon enfance. En tant que jeune garçon, j’ai demandé à tous les parents, connaissances et autres visiteurs de faire un petit tour dans leur voiture avec moi – c’était sympa!

Je regardai la voiture de Bernard pendant que Thérèsa posait mes questions. Ces voitures sont grandes, et toutes si différentes. Les volants de couleur ivoire, les tableaux de bord aux formes fantaisistes et les tissus … Et ne pas oublier les odeurs

Je me souviens des «voitures de la malbouffe», qui ont été garées près de chez nous à la gare routière pendant six mois sans plaque d’immatriculation dans les années 70 et où les portes étaient ouvertes.

 

Bernard a acheté il y a quelques années cette magnifique Peugeot 403 dans sa peinture d’origine avec seulement 70 000 km au compteur (difficile à croire si vous regardez la photo). Sa précédente Peugeot 403 comptait plus de 400 000 kilomètres au compteur, a-t-il déclaré. Donc, ce retraité a fourni des pièces de sa voiture à des personnes partageant les mêmes goûts dans le club « Anciennes Auto ». Dans ce club, il y a beaucoup d’échange et de soutien mutuel. Une condition préalable à l’adhésion doit être remplie, la voiture de collection doit être âgée de plus de 30 ans.

Bernard utilise sa 403 presque quotidiennement, et a parcouru 22 000 km l’année dernière – remarquable! Après quelques bonnes minutes dans le fonds de la Peugeot, nous disons au revoir à ce cher Bernard.

Au festival de voitures classiques, il y avait une grande activité. Une Simca Aronde bleue est devenue notre prochaine voiture. Un couple de personnes âgées nous laisse monter à bord de leur Simca restaurée. Ce n’est pas ma première voiture classique, dit Jean-Paul, la première était la Citroën Ami 6 de mon oncle. Avec cette voiture, la conduite est devenue  une passion. La patine de cette Simca bleue était un peu trop importante et demandait une restauration, y compris une nouvelle livrée.

Le sympathique chauffeur de Simca a également signalé que les Simca Aronde étaient parfois livrées à des concessionnaires sans pare-chocs car les fournisseurs ne pouvaient pas suivre la production automobile. Les pare-chocs ont également souvent été mal chromés (couches manquantes dans la structure), de sorte qu’ils rouillent rapidement.

Maintenant, nous avons également quitté cette belle voiture et avons cherché de la nourriture.

Sur le marché dans une petite rue avec des spécialités des différentes régions de France, nous avons trouvé notre chance. Salami aux champignons sauvages, salamis aux champignons ou herbes raffinées s’y trouvaient, en plus des fromages à pâte molle de toutes sortes, mais aussi pour acheter des amandes grillées et du nougat de Montélimar (un endroit au sud de Lapalisse sur la RN7).

Selon le livre « Into the Sun, Into the Distance » de Michael O.R. Kröher / Wolfgang Groeger-Meier, de nombreux restaurants primés sont situés sur la Route Bleue et surtout autour de la ville de Roanne, à environ 50 km de Lapalisse.

lapalisse_img_0240-2-

lapalisse_img_0369

Après notre pause, nous avons levé les yeux vers le château et avons retrouvé sur le chemin du stationnement de nombreux témoins itinérants de ce temps d’or (en Europe centrale).

Le lendemain, dimanche, je suis parti seul. Les embouteillages se sont rompus et il y avait des actions tout autour de la vieille ville à voir. Sur le grand parking situé derrière la route principale, le « Club de l’Automobile de Lapalisse » a récompensé divers véhicules, le plus long trajet, la plus ancienne voiture, etc.

Un stand Michelin avec un support publicitaire Peugeot 202 a été installé, un marché de voitures anciennes a été installé à côté du camping, très attractif, et bien sûr à nouveau des véhicules de cette époque.

Ensuite, j’ai rendu visite à Mme Couraud, exploitante de la plus ancienne station-service de Lapalisse (petite-fille du fondateur de la première station-service en 1937 à Lapalisse), qui m’a parlé de la belle époque économique, des dons généreux de certains parisiens, mais aussi du côté obscur, du trafic insupportable et de la puanteur de celui-ci. Maintenant, ils ont toujours plaisire à l’Emboutaillage et aux belles pages du passé, à l’agitation et à la convivialité.

Dans l’après-midi j’ai trouvé le marché aux puces quand même. Dans l’un des stands de voitures miniatures j’ai trouvé, en plus d’innombrables répliques chinoises, quelques anciennes et rares voitures miniatures françaises : une Simca 1000 de Fa. J.R.D., une Peugeot 403 Fa. Quiralu et une Renault Dauphine la Fa. CIJ – Compagnie industrielle du Jouet. Une belle fin à cette fête.

Pour résumer ce voyage, je voudrais dire que j’ai été beaucoup impressionné par la décontraction des amateurs de voitures anciennes françaises. De manière ludique, les gens sautent dans des rôles différents dans une époque fantastique, autrefois.

Je voudrais aussi un peu de cela dans mon pays natal.

lapalisse_img_0371

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s