Décès Jean-Loup Alexandre

Le 29 Juillet 2020, nous vous informions du décès de notre ami Jean-Loup Alexandre.

Le T.C.C, par l’intermédiaire de Philippe Valton, a prévenu certains exposants de la Bourse de la première heure. Parmi eux, Mr et Mme Dieulle, exposants qui ont été présents lors de nos 20 premières bourses et qui vendaient des miniatures.

En retour, Monsieur et Madame Dieulle nous ont envoyé une lettre que nous avons jugé opportun de publier. Voici le texte de leur lettre :

« C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons par votre courrier le décès de Jean-Loup.

Il est parti rejoindre ses parents si aimés.

Nous garderons de lui ainsi que d’Edith et Ernest un souvenir indélébile.

Que de souvenirs avec eux quand nous dormions derrière notre stand et qu’Edith venait nous apporter de la soupe, et toujours un petit mot de Jean-Loup qui nous demandait de temps en temps si tout allait bien. Cela, nous ne l’oublierons jamais.

Pourtant, nous en avons fait des bourses d’échanges dans toute la France et plus, mais jamais nous n’avons eu un accueil comme celui de tous les membres de votre club.

Merci à tous de ces beaux week-ends.

Une pensée émue pour Edith, Ernest et Jean-Loup qui veillent toujours sur le bon déroulement de votre bourse, mais qui doivent laisser un grand vide dans votre club.

Toutes nos amitiés à tous les membres de votre club.

Meilleurs souvenirs.

Dominique et Joëlle Dieulle »

Ces quelques lignes soulignent l’estime dont jouissaient Jean-Loup, Edith et Ernest ; dans le Club, mais aussi au 750MC dont plusieurs membres nous envoyé des messages, ou encore parmi les exposants de la Bourse et sans aucun doute au Musée du Poids Lourd de Montrichard.

Décès Jean-Loup Alexandre

Bernard Duchateau a retrouvé dans ses archives 3 photos, certes un peu anciennes, de Jean-Loup dans ses activités au sein du musée du musée du Poids Lourd de Pontlevoy, à deux pas de Montrichard, aujourd’hui fermé. Sur 2 des photos il apparait en compagnie de son père Ernest.

Image (40)

En cherchant des informations sur l’avenir de la collection de ce musée, je suis arrivé sur le lien suivant que je vous invite à mettre dans votre moteur de recherche : https://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/commune/montrichard-val-de-cher/exit-le-musee-du-poids-lourd

Il vous mènera directement sur un article de La Nouvelle République de 2017 où nous voyons Jean-Loup en action dans le déménagement des camions du musée.

Quelques photos et beaucoup de souvenirs….

 

Décès Jean Loup Alexandre

Notre ami et membre du club Jean Loup Alexandre est décédé dans la nuit de samedi à dimanche.

Membre du T.C.C. depuis 1989, il était de toutes les bourses d’échanges et de tous les salons du Poids Lourd et nous a accompagné dans plusieurs de nos rallyes de deux semaines, ainsi que dans ceux organisés par le 750MC. Son souvenir est bien sûr indissociable de celui d’Edith et d’Ernest, ses parents qui étaient toujours de la partie.

Ses funérailles se dérouleront en 3 temps : ce vendredi 31 juillet à 10h00 en l’église du Sacré Coeur à Calais, puis ce samedi l’incinération aura lieu au Crematorium de Boulogne (à l’entrée de la zone commerciale en direction de Saint-Omer) et l’inhumation se déroulera lundi à 10h00 au cimetière de Calais, avenue Saint Exupéry.

IMG_20180316_0001 Jean-Loup, Ernest et Edith

Voici le témoignage de Philippe Valton sur notre ami Jean-Loup :

Jean Loup nous a quittés lundi, sans faire de bruit ….

En fin d’année dernière, un désordre digestif l’a amené à consulter, révélant un problème rénal, rapidement diagnostiqué comme une tumeur, une de ces tumeurs simples, dont un traitement peu invasif aurait vite eu raison.

A la bourse, il était fatigué et inquiet, comme nous l’étions de ne voir commencer aucun traitement.

Vivant seul depuis la mort d’Edith, il n’était peut être pas aussi motivé et combatif qu’il aurait du l’être; l’isolement du confinement, le retard apporté aux consultations, ont fait que le mal s’est développé beaucoup plus rapidement que prévu. Deux séances de chimio l’ont mis KO et il fut hospitalisé; remis sur pieds, il rentrait chez lui peu avant le 14 juillet, jusqu’à ce que de nouveaux malaises entraînent une nouvelle hospitalisation. Admis le mardi, il sombrait dans l’inconscience et la détresse respiratoire vendredi, pour décéder dans la nuit de dimanche à lundi. Trop importante, la tumeur ne permettait plus aucune intervention.

La vie ne l’avait pas gâté. Jeune marié, un grave accident de voiture le laissa veuf et handicapé, tributaire des services de l’état pour lui trouver un emploi adapté. Il s’épanouira dans la vie associative.

Ce n’était certes pas un modèle de sociabilité, ses avis étaient tranchés et invariables. Aucune démarche visant à plaire, à prendre ou à laisser ! Difficile donc de complaire à tous. Mais, pour qui savait l’apprécier et se montrer digne de son intérêt (comme Edith, un bonjour et un merci suffisaient parfois à s’en faire des amis indéfectibles), il cachait une serviabilité et un dévouement sans égal. Il était d’ailleurs le dernier à passer ses nuits aux bourses et salons et a rendu tant de services au Tacot Club, au Raucca, au musée du poids lourd à Pontlevoy puis à Montrichard. Tellement discret que les photos nous manquent … Nous n’avons pas fini de mesurer combien il nous manquera !

Mon plus grand souvenir n’est pas lié à un salon ou un rallye. Pour le mariage de mon fils en Bretagne, nous avions adressé un faire part à tous les membres du comité. Peu coutumiers de ce genre de courrier, Edith et Jean Loup ont pris  de suite l’invitation au pied de la lettre et organisé illico le déplacement en Bretagne. Personne n’a eu coeur à les détromper, et ils furent finalement « de la noce », alors que notre délégation familiale était réduite de par la distance. Quand j’ai pu mesurer le plaisir qu’ils en ont tiré, j’ai compris avoir pris la bonne décision et suis heureux de leur avoir accordé cette place qu’ils méritaient peut être plus que les autres.

Bonne route, Jean Loup ! Embrasse Edith et Ernest pour nous.

Nous présentons nos sincères condoléances à la famille.

Décès Jean Dupont

Nous venons d’apprendre le Décès de Jean DUPONT.

Passionné comme nous tous de voitures Anciennes et Ancien Président du CAVAC (Club Amateurs Véhicules Anciens Coudekerque), il était très présent dans les sorties du TCC, en particulier au rallye de Pentecôte et au rallye des 2 Caps, et nous étions aussi nombreux à participer aux rallyes qu’il organisait.

Jean est décédé ce midi à la clinique des Flandres (ou il avait été admis il y a 3 semaines) à l’age de 92 ans.

Nous présentons à Jacqueline son épouse et à Dominique sa fille nos sincères condoléances.

Décès de Jeremy Stephens

Une bien triste nouvelle nous est parvenue hier au soir.

Jeremy Stephens est décédé hier des suites d’une longue maladie, comme l’on dit pudiquement.

Jeremy était membre du TCC depuis 15 ans et il participait à l’Amble d’automne de façon très régulière.

Il était aussi adepte des grands rallyes et il avait participé l’an dernier à notre rallye Des Fruitières et des Vignobles avec sa fidèle Austin 7 Saloon de 1932.

Avec Jeremy, nous perdons un ami très cher.

Il aimait nos rencontres et je sais que d’autres se souviennent aussi de la réception qu’il avait organisée chez lui en 2005 nous recevant royalement, un jazz-band était là pour animer la soirée.

Ton flegme tout britannique nous manquera.

Nous tenons à manifester toute notre sympathie à sa famille et à Janet, son épouse.

 

Ayons une pensée pour lui et sa famille.

image0

IMG_1213

Jeremy et Janet le 1er soir du rallye en août dernier

Avis de décès de Mr Serge Simplot

Nous avons le regret de vous informer du décès de Serge Simplot.

Il était membre du club depuis 1998 et participait régulièrement aux activités du Club et n’hésitait jamais à prêter main forte à la Bourse, mais la maladie l’en avait empêché ces dernières années.

Vous trouverez ci-dessous le faire-part paru sur le site de La Voix du Nord.

Nous présentons nos sincères condoléances à Francine, ainsi qu’à tous ses proches.

 

 » Tu étais la bonté même mais la maladie Parkinson t’a envahi un peu plus chaque jour. »

On nous prie d’annoncer le décès de

Monsieur Serge SIMPLOT

Peintre en bâtiment retraité

 

survenu à Calais, le 19 avril 2020, à l’âge de 71 ans.

 
Les obsèques civiles et l’inhumation au cimetière de Blériot-Plage auront lieu dans l’intimité familiale.

 
De la part de :
Francine SIMPLOT-DAMIENS, son épouse
Ses proches,
Toute la famille,
Ses voisins et nombreux amis du CCAS,
Agnès, sa fidèle infirmière
Caroline, son médecin traitant
Le personnel de la Roselière et du centre hospitalier de Calais
Les membres de l’association rêves d’enfants,
Et de tous ceux qui l’ont connu, estimé et soigné.

 

Noël Dejonckheere : Philippe Valton nous en parle

J’ai adhéré au club en 83, avant de m’établir à Calais en 85. J’ai connu Noël et Thérèse dès cette époque.

Le TCC n’avait pas le lustre d’aujourd’hui, loin, très loin s’en faut : le financement dépendait alors de la vente des « cases » tandis que Georget ROUSSEL et Guy MANIER faisaient du porte à porte pour doter les sorties de lots et coupes hétéroclites …. Que de trajet accompli depuis !
Le ZEBRE, puis le BB PEUGEOT (licence BUGATTI svp) de Noël redoraient alors notablement les plateaux des sorties du club.

A mon arrivée sur Calais, cette relation devint amicale; ils auraient pu être mes parents ; leurs enfants , Emmanuel et Bénédicte, étaient de 10 ans plus jeunes que moi.
Un jour, Noël s’acheta, comme disait Thérèse, « de vraies autos »: l’Aronde Grand Large 1955, vert Compiège/ vert Bretagne, d’une patine fort désirable, les torpédos DELAGE et BUICK, et enfin la CADILLAC Eldorado 55 et la rare BUICK Skylark 53.
Son entregent et ses relations amenèrent au club des voitures haute volée qui contribuèrent au succès de nos manifestations: FERRARI, RR , JAGUAR XK 220.
Certes, ces sorties n’ont pas toujours été de tout repos pour les DEJONCKHEERE et certaines anecdotes, croustillantes (à posteriori) pourraient fournir la trame d’un livre de TRES BONS souvenirs.

Noël avait certes son caractère, et ne pouvait renier un solide atavisme flamand, mais s’il parlait (parfois) d’argent, c’est parce que Thérèse et lui s’étaient levés tous les matins pour le gagner ! Boucher de formation, la vie et la santé ne lui ont pas fait de cadeaux. Il dut se reconvertir à l’Auto Ecole avant de tenir, dans les années 80, la Civette des 4 boulevards à Calais, dont Thérèse sut faire une boutique « haut de gamme » pour qui aimait la belle maroquinerie, les beaux stylos et les beaux objets en général. Certains me servent encore au quotidien.

Au milieu des années 90, une retraite heureuse les attendait à Bray Dunes, tandis qu’Emmanuel et Bénédicte construisaient leur avenir dans le Midi (les enfants n’ont pas oublié les Iles de Lérins !). Malheureusement, la disparition brutale de Thérèse en 1996 annihila tous ces projets.
Retraités également, mes parents avaient acheté un appartement à Bray Dunes, ce qui nous permettait de croiser Noël de temps en temps; tandis que ses visites à la bourse étaient régulières, et le temps a passé, passé ….

Au Revoir, Noël ! Thérése t’attend là haut ….
« un couple qui ne se dit rien n’est pas un vrai couple », se plaisait-elle à dire !
(Autant dire que tu ne vas pas t’y ennuyer !)

A Emmanuel, A Bénédicte, son mari et ses enfants, nous tenons à témoigner toute notre amitié et leur présentons nos très sincères condoléances.

Les photos de cette époque sont argentiques, et oui … mais je ne manquerai pas d’illustrer mes propos quand le temps m’en sera donné; je leur dois bien çà !

Texte de Philippe Valton

Un ami s’en est allé : Noël Dejonckheere

Pour les plus jeunes dans le club, vous ne l’avez pas connu. Pour les plus anciens, vous vous rappelez de lui et de ses facéties, souvent un peu involontaires.

Nous ne perdrons plus Noël à Londres avec sa Cadillac un samedi soir en pleine circulation autour de Hyde Park mais nous nous souviendrons de lui.

Voici son faire-part de décès :

 

Bray Dunes

 

Emmanuel DEJONCKHEERE,
Bénédicte et Frédéric GHEORGHIU-DEJONCKHEERE,
ses enfants
Antoine BOURGUET,
Claire BOURGUET,
ses petits-enfants
Anne Marie BOLLART, son amie
Ses frères, sœurs, beaux-frères, belles-sœurs,
Ses neveux et nièces,
Ainsi que toute la famille,

 

ont la peine de vous faire part du décès de

Monsieur Noël DEJONCKHEERE

veuf de Madame Thérèse HOTTEBART

Ancien combattant AFN
Croix du combattant

 

survenu à Rosendaël, le vendredi 9 août 2019, à l’âge de 85 ans.

 

Ses funérailles seront célébrées le vendredi 16 août 2019, à 14 heures, en l’église du Sacré-Cœur à Bray-Dunes (plage), suivies selon la volonté du défunt de sa crémation à Dunkerque, dans l’intimité familiale.
Assemblée à l’église à 14 h 30.
L’offrande tiendra lieu de condoléances.

Dans l’attente de ses funérailles Noël repose à la chambre mortuaire du centre hospitalier de Dunkerque, où les visites sont possibles de 15 à 16 heures.

59123 Bray-Dunes – 26, rue de Seclin

 

Sincères condoléances à sa famille.

 

Décès Dominique Sébert

Nous venons d’apprendre le décès survenu il y a peu de temps de Monsieur Dominique Sebert à l’age de 72 ans.

Il était connu au T.C.C. pour en avoir été membre il y a quelques années et il participait aux sorties avec une Simca Aronde ligne Océane.

Il était aussi connu pour son atelier d’électricité automobile dans le quartier du Haut-Pont à Saint-Omer où nous sommes passés, pour certains d’entre nous, pour résoudre quelques problèmes d’électricité sur nos anciennes.

Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille.