Traction à vendre

On vient de nous signaler une Traction de 1954 à vendre.

Pour voir la petite annonce : cliquez sur https://www.leboncoin.fr/voitures/2078834787.htm

Cette Traction a participé à des rallyes du TCC et elle a sans doute été la propriété d’un membre du TCC par le passé car elle porte une plaque de calandre au nom du TCC de la 1ère génération. Le prix est dsicutable.

Rallye en Grande-Bretagne

Nous vous proposons un rallye en Grande-Bretagne qui aura lieu les 14 et 15 août prochains.

N’oubliez pas que la Grande-Bretagne nous impose à présent d’être titulaire d’un passeport en cours de validité.

L’ensemble des informations est disponible dans le courrier en cliquant

Bonne lecture et à bientôt

Le train que nous prendrons à Hythe sera d’une taille beaucoup plus réduite et d’un confort plus rustique mais vous émerveillera.

La Bourse d’Audruicq 2022

Le Tacot Club Calaisien a renoué avec la tradition en ouvrant les portes de sa traditionnelle bourse d’échanges ce dimanche 27 Février pour sa 28ème édition.

L’année 2020 avait été marquée par une tempête et l’année 2021 la bourse n’avait pas pu avoir lieu pour cause de pandémie. Cette année, le soleil luisait et, même s’il fallait respecter les consignes sanitaires, la rencontre a pu se faire. Bien entendu, il fallait avoir son passe vaccinal et porter le masque, mais ces contraintes sont bien légères par rapport aux interdictions.

Le public l’a bien compris et les visiteurs étaient ravis d’être là, de retrouver les amis, de parler des projets, des achats, des restaurations en cours. Ce sont un peu plus de 2000 visiteurs qui ont franchi l’entrée.

Le thème de l’exposition de cette année était les youngtimers. Le plateau se trouvait donc constitué de voitures ayant entre 20 et 40 ans et représentait tout autant des populaires que des voitures plus prestigieuses, c’est ainsi qu’on pouvait admirer une Jaguar XJ40, une Peugeot 205 GTI, une Renault 15, une Fiat Panda, une Rover 75, une Citroën LN, une Talbot Samba, une BMW Z3, une Peugeot 306, une Renault 19, une Citroën AX GT, une Austin Mini.

Les stands de pièces, de documentation, d’accessoires, de miniatures remplissaient les salles, mais aussi le parking extérieur devant la salle, offrant aussi des vêtements et couvre-chefs d’époque. Des professionnels étaient aussi présents, tels un sellier, un peintre qui offre des prestations de lustrage…, des marchands de produits d’entretien … D’autres clubs profitaient d’un espace dans l’enceinte de la bourse.

Les amateurs arrivant avec un véhicule de collection bénéficiaient d’un parking dans l’enceinte de la manifestation et ce parking constituait en lui-même une exposition tant les modèles étaient variés et nombreux. Plus de 200 voitures de collection se sont partagées ce parking.

Il faut saluer le travail accompli par tous les bénévoles, sans oublier ceux qu’on voit un peu moins parce qu’ils ou elles oeuvrent dans les cuisines ou à l’abri des regards.

L’année est lancée et nous passerons bientôt aux rallyes…

Les ZFE : évolution de la situation

La FFVE nous a délivré des informations concernant l’es ZFE (Zones à Faibles Emissions). La situation est assez encourageante. Nous vous laissons découvrir ci-dessous le texte de la lettre d’information n°16 concernant ce sujet, et voici également le lien vers une interview (essentiellement sur le même sujet) de Jean-Louis Blanc ainsi qu’une déclaration de Jean-Baptiste Djebbari (ministre délégué chargé des Transports auprès du ministre de la Transition écologique) : www.ffve.org/zones-a-faibles-emissions-zfe.

Chers amis,


Depuis la création des ZFE-m (zones à faibles émissions-mobilité) par la loi LOMe de décembre 2019, la FFVE a œuvré auprès des Métropoles concernées afin de les convaincre d’accorder une dérogation de circulation aux véhicules de collection. Toutes ses actions ont été menées avec le soutien unanime de neuf institutions nationales et internationales qui nous ont accompagné, Plateforme automobile, Mobilians véhicules historiques, FFSA, FFM, ACF, ACO, ACM, FIVA, FIA [commission historique] .
Cette démarche a été couronnée de succès puisque les quatre Métropoles ayant déjà mis en place une ZFE-m (Paris, Rouen, Reims et Nice) ont décidé cette dérogation, et que les projets en cours de consultation (Grand Paris, Strasbourg, Toulouse et Lyon) la prévoient. Nous sommes heureux d’avoir été entendus et remercions ces Métropoles de permettre aux véhicules de collection de circuler librement.
Nous avons poursuivi notre démarche auprès de la Présidence de la République et du
Gouvernement pour les sensibiliser aux enjeux, à la fois patrimoniaux et économiques de la sauvegarde des véhicules de collection. Ces démarches ont reçu un large soutien parlementaire, au Sénat et à l’Assemblée nationale.

Le Gouvernement s’est montré à l’écoute. Cela a conduit à l’engagement pris dans la loi Climat et Résilience de présenter un rapport sur « les modalités de circulation des véhicules de collection dans les zones à faibles émissions mobilité ». La FFVE a été associée à l’élaboration de ce rapport qui conclut à la contribution tout à fait minime des véhicules de collection à la pollution de l’air.
Deux avancées significatives viennent d’être validées par le Président de la République :
• A la demande du Premier ministre, M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports auprès du ministre de la Transition écologique, a invité par lettre les présidents des agglomérations concernées par la mise en place des ZFE-m à mettre en place une dérogation locale pour les véhicules disposant d’un certificat d’immatriculation de collection.
• Le Gouvernement a par ailleurs décidé la création à brève échéance d’une vignette spécifique pour les véhicules de collection afin de faciliter l’application de ces mesures. La FFVE sera associée au groupe de travail sur la mise en place de systèmes de contrôle automatisé dans les territoires ZFE-m.

A l’occasion de la mise en place des ZFE-m, les véhicules de collection ont acquis la
reconnaissance par les pouvoirs publics du patrimoine industriel inestimable qu’ils représentent, de leur importance dans la mémoire nationale, et de l’activité économique qu’ils génèrent.
Continuons tous ensemble de travailler à la défense de notre passion commune.
Bien amicalement

Jean-Louis Blanc
Président de la FFVE

Michel Dubernard : notre ambassadeur 2022

Nous avons annoncé à l’Assemblée Générale que notre ambassadeur pour l’année serait Michel Dubernard. Aussi, nous profitons de cet article pour faire plus ample connaissance avec lui.

La mécanique fait partie de la vie de Michel Dubernard depuis sa plus tendre enfance. En effet, son grand-père était directeur des Mines de l’Escarpelle et, dans cette Cie des mines, il y avait un parc important de véhicules et de locomotives qui intéressait fort le jeune Michel, son père ayant lui aussi des compétences en mécanique. Son père et lui-même sont ingénieurs de formation, son père est issu d’une école d’ingénieurs électriciens de Grenoble (l’IEG) et Michel est issu d’une école d’ingénieurs mécaniciens de Grenoble (école faisant partie de l’INPG non diplômé).

Un autre élément montrant son intérêt pour la mécanique est la passion du Meccano qu’il partageait avec son frère, se lançant dans la construction de téléphériques, de boîtes de vitesses dont il apprend le fonctionnement dès l’âge de 8 ans.

Citroën 5CV 1921

Mais sa passion l’emmène vers l’aéronautique. Sa première expérience en la matière, il la connaît à l’armée. Il est incorporé dans l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) à Nancy car il a déjà sa licence de pilote avant même d’avoir eu son permis de conduire. Son passage à l’armée dure 24 mois.

C’est l’époque où il « construit » sa première voiture. En effet, il achète deux 2CV (des 375 cm3) accidentées, l’une de l’avant et l’autre de l’arrière. Il coupe les deux châssis en récupérant les parties saines de chacun et les ressoude. Elle portera l’immatriculation 26 AX 59. Il la revend un peu plus tard à un camarade de classe qu’il rencontrera à nouveau par hasard bien des années plus tard aux commandes d’une Caravelle et ce camarade lui rappellera en le reconnaissant la fameuse 26 AX 59. A l’époque, pas d’ANTS, pas de contrôle technique qui cherche un n° de châssis…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_41971.jpg
Triumph Spitfire 1972

A la sortie du service militaire, Michel dispose de ses brevets et licences de pilote pour hélicoptère et pour avion. Il est sollicité par EdF pour la surveillance des lignes Haute Tension, par la Gendarmerie et par l’IGN (Institut Géographique National). C’est vers l’IGN qu’il se tourne et il se retrouve à effectuer des missions de cartographie en Afrique du Nord sur Boeing B17 (quadrimoteur Bombardier équipé de matériel pour faire des prises de vue au défilé). Les premiers satellites sont lancés en 1966 et les relevés cartographiques par avion s’arrêtent. Il est donc licencié.

Michel décide d’acheter un avion pour faire des photographies pour les Grands Travaux du Nord. Deux ans plus tard, il a un accident assez grave lors d’un décollage par grand vent : l’avion est endommagé et nécessite un an de réparation. Son père lui demande instamment de changer de métier et l’oriente vers le métier d’expert d’assurance. Il exerce aujourd’hui l’activité d’expert de justice.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_53931.jpg
Rolls Royce Silver Wraith 1946

Ses passions l’emmènent toujours dans le ciel mais c’est à présent grâce aux ballons à gaz. Il sera d’ailleurs un des fondateurs de la fédération française d’aérostation. Il vole et il vole beaucoup. Mais la réglementation évolue et les contraintes réglementaires deviennent telles que les ballons à gaz disparaissent quasiment à la faveur des montgolfières (ballons à air chaud). Il quitte le milieu de l’aérostation en 1992 ; ses enfants continuent, quant à eux, avec les montgolfières (Champions d’Europe en 2007 et du monde en 2008).

Il se cherche une autre passion. Son chemin croise celui des frères Vendiesse, Bruno et Antoine ; ce dernier étant dans le monde des assurances. C’est le déclic et en 1992 : le monde de la voiture de collection s’ouvre à Michel.

Jeep Willys 1942

Son activité professionnelle est très prenante et l’emmène dans bien des pays lointains : Chine, Indonésie, Inde, etc… mais lui permet de capitaliser. Entre autres, c’est son cabinet d’expertise qui sera retenu par le consortium Eurotunnel pour l’expertise du chantier du tunnel, tâche qui durera 14 ans et qui l’amènera à un ensemble d’environ 1800 dossiers. Et il s’achète quelques véhicules qu’il partage avec ses fils, l’un étant expert comme lui, l’autre étant responsable des montages de véhicules dans le monde entier pour Peugeot.

Si nous revenons à des évènements plus proches dans le temps, c’est en 2012 qu’il s’achète une Spitfire MK IV marron glacé de 1972. C’était un retour vers ses jeunes années car il avait eu une Spitfire alors qu’il était jeune homme en 1966-1967. Il se rappelle d’ailleurs d’une anecdote concernant une mésaventure qui lui arriva avec cette première Spitfire. A l’arrêt à un feu tricolore et en galante compagnie, Michel démarre au passage du feu au vert de façon peut-être un peu sèche et voilà que son siège, mal bloqué dans la glissière, recule et qu’il se retrouve les quatre fers en l’air. Plus de peur que de mal, tout se termine bien.

Mercury Park Lane 1957

Ensuite, c’est une Mercury Park Lane de 1957 qui rejoint le garage puis une Ford Thunderbird de 1956. Deux Jeep arrivent aussi : l’une de 1942, une Willys, qui aurait participé au débarquement de 1944, l’autre de 1954 qui est une Hotchkiss à mécanique Ford.

Les Jeep sont ses préférées, elles ont son âge et en particulier à cause de l’interchangeabilité et de la qualité des pièces.

Jeep Hotchkiss 1954

Cette passion des voitures de collection n’est pas venue par hasard. Michel a toujours été proche de la mécanique. Il avait un oncle habitant Breteuil qui était lui-même collectionneur de voitures, quand il y allait il avait le plaisir d’y trouver une Hotchkiss Anjou, une Amilcar CGSS, deux Ford T, une Traction 15 CV 6 cylindres, une Dauphine, une Trêfle…

Son père, sans être collectionneur, faisait de la mécanique. Preuve en est : son père ayant acheté une Traction ; celle-ci, un jour, brûla lors d’une intervention. Son père décida de la reconstruire. Cela prit quelque temps mais il parvint à ses fins, faisant l’ensemble des travaux : mécanique, électricité, sellerie…Une fois le chantier terminé, il est décidé d’aller rendre visite à l’oncle de Breteuil. La Traction tombe en panne à Montdidier. Son père, très prévoyant, avait pris de nombreuses pièces et outils et c’est sur le bord de la route qu’il répare la Traction qui finit par amener toute la famille à Breteuil. Cela marquera Michel qui s’en souvient comme étant le mystère de la voiture réparée par un homme seul en bordure de la route car il avait anticipé la panne. Cet évènement a été très formateur pour Michel car il est survenu dans ses jeunes années, à un âge où on mémorise facilement.

Chevrolet Fleetline 1946

Son frère, marqué aussi par le démon de la mécanique, travailla chez Peugeot puis chez Heuliez en tant que chef du centre de style et, à ce titre, crée la SM Espace équipée d’un toit en deux parties à 7 lamelles chacune et se rétractant électriquement dans un montant central permettant de découvrir les places avant et arrière. Citroën ne donna pas de suite au projet, un deuxième modèle fut réalisé pour Henri Heuliez et resta dans la société jusqu’en 2012, date à laquelle il fut vendu aux enchères et inscrit, à cette occasion, à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. 

article sur la SM Heuliez

C’est dire que nous avons affaire non seulement à un passionné mais, en fait, à toute une famille de passionnés.

Pour revenir à Michel, sa collection se compose aujourd’hui de 9 voitures : la Spitfire MK IV de 1972, la Mercury Park Lane de 1957, la Ford Thunderbird de 1956, la Jeep Willys de 1942, la Jeep Hotchkiss de 1954, la Chevrolet Fleetline de 1946, la Rolls Royce Silver Wraith de 1946, la 5CV Citroën de 1921 et la Chevrolet Nova équipée d’origine en voiture de sheriff.

Chevrolet Nova 1972

Michel réalise l’entretien de ses voitures lui-même. C’est à Pierre Henquenet que nous devons d’avoir accueilli Michel au sein du TCC. C’est avec plaisir que nous le retrouverons bientôt dans nos rallyes.

Ford Thundebird 1958