Retour (4) Vitraux et Dentelles 2014

Le lundi 25 août la route appelle les participants rejoindre Vichy par une étape de 230km.

C’est l’occasion de traverser Ambert, Thiers. L’étape n’étant pas trop longue, nous avons tout le temps de flâner dans cette ville de Vichy et de profiter de cetet ville thermale aux allures de début de XXème siècle. Notre passage y fut beaucoup moins arrosé que celui que nous avions fait lors de l’Eurotour 1997 qui avait été marqué par un orage violent.

IMG_2588

Le lendemain, nous reprenons la route pour rejoindre Romorantin Lanthenay par une étape de 245km.

En cours de route, nous traversons la Forêt de Tronçais, certainement la forêt de chênes la plus connue d’Europe aux 17ème et 18ème siècle. C’est Colbert qui organisa cette futaie en plantant sur plusieurs milliers d’hectares des chènes qui permettraient à la France de se doter d’une marine à la hauteur de ses ambitions.

La curiosité nous fait faire un petit détour par Bourges pour y visiter le palais de Jacques Coeur, magnifique palais Renaissance que Jacques Coeur, Grand argentier de l’Hôtel du Roy, s’est fait construire au XVème siècle.

IMG_2614

Sur cette route, un arrêt est prévu à Brinay, juste avant Vierzon, pour la visite d’une cave de vignerons : les vins de Quincy. Mais ce petit village a aussi une église dotée de magnifiques peintures murales du XIIème siècle.

IMG_2628

IMG_2641

Plus que quelques kilomètres et nous arrivons à Romorantin. Place aux photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour (3) Vitraux et Dentelles 2014

Arrivés au Puy en Velay, nous y passons 3 nuits pour pouvoir profiter du site mais aussi des curiosités alentour.

Dès le premier matin, samedi 23 août, un petit tarin touristique attend l’ensemble du groupe pour une visite commune de la ville, chose bien agréable pour prendre ses repères.

La ville du Puy en Velay est très riche en patrimoine architectural, ce qui lui vaut d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Puy en Velay est bien sûr une ville de pélerinage très courue puisqu’elle est une étape importante sur l’un des Chemins de Saint Jacques de Compostelle. Nos deux journées de pause nous ont permis de profiter de tout ce patrimoine : cathédrale Notre Dame érigée en grande partie au XIIème siècle, de style roman mais avec des influences byzantines assez marquées (coupoles). Elle est aussi caractérisée par sa façade aux décors alternés de pierres claires et sombres.

IMG_2491

L’image que tout le monde connaît de la ville du Puy en Velay est celle de cette chapelle située en haut d’un petit pic montagneux : c’est un brêche basaltique sur lequel a été construite au Xème siècle cette chapelle Saint Michel d’Aiguilhe, décorée de fresques.

IMG_2486

C’est aussi dans cette ville du Puy en Velay que venait l’explication d’une partie du nom de ce rallye : les célèbres dentelles du Puy.

IMG_2571

Les alentours de la ville donnaient l’occasion de bien des excursions également, certains se rendant même jusqu’au viaduc de Millau.

Place aux photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour(2) Vitraux et Dentelles 2014

Après cette pause à Amboise, le mercredi 20 août nous faisait arriver à La Châtre après 150km de route. Là encore, il nous restait du temps pour visiter la petite ville de La Châtre avant de profiter d’un très bon repas en commun nous permettant de déguster, en particulier, des oeufs dits à la couille d’âne, en fait des oeufs pochés meurette (dans une sauce au vin rouge…)

Sur le chemin cette journée il était recommandé de s’arrêter à l’église romane de Saint Martin de Vic sur Indre pour y admirer de remarquables fresques du XIIème siècle dont vous pourrez voir quelques photos ci-dessous.

IMG_2444

Pour les amateurs de George Sand il était possible de visiter à Nohant une maison où elle vécut et où Chopin a beaucoup composé.

La journée suivante (21 août) nous amenait à Bort les Orgues après 190km de route. L’étape nous faisait traverser Sainte Sévère. Le nom ne vous dit sans doute pas grand chose ; c’est le village où Jacques Tati a réalisé son premier film : Jour de fête et retrouve presque la place telle qu’on la voit dans le film de 1947.

IMG_2453

Le deuxième point fort de la journée est le château de Val, du XIIIème siècle, situé tout près de Bort les Orgues. Il est aujourd’hui en bordure du lac de retenue du barrage et le paysage est magnifique. La petite ville de Bort les Orgues offre à la visite son musée de la tannerie et du cuir et il y a les orgues basaltiques qui dominent la ville et lui ont donné son nom.

IMG_2471

Le jour suivant était consacré à nous amener au point le plus méridional de notre parcours : Le Puy en Velay. Au long de cette étape et au prix d’un petit détour il était possible d’aller admirer le viaduc de Garabit construit entre et et sa mise en service est effectuée en 1888 par la Compagnie des Chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne, concessionnaire de la ligne. Cet ambitieux ouvrage métallique, long de 565 m, qui culmine à 122 m au-dessus de la rivière, est alors le « plus haut viaduc du monde ». Ce viaduc est bien entendu l’oeuvre de Gustave Eiffel.

Place aux photos pour ces 3 journées

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Retour(1) sur Vitraux et Dentelles en 2014

Tous les cinq ans depuis 1999 le Tacot Club Calaisien organise un rallye au long cours sur une période de deux semaines, l’an dernier c’était « des Fruitières et des Vignobles » dont vous avez pu suivre le déroulement jour par jour (les articles sont toujours sur le site). Il y a six ans c’était « Vitraux et Dentelles ». Ce rallye avait pour organisatrice Jacqueline Patka assistée de Harold Gräber.

En cette période où les rallyes nous manquent, voici de quoi vous faire rêver un peu en vous faisant revivre ce rallye de 2014 et en attendant 2024 que la prochaine édition arrive. Nous n’empruntons quasiment que les départementales pour ce genre de périples, sauf à l’arrivée dans certaines villes où nous ne pouvons échapper aux routes plus importantes. Les étapes font systématiquement moins de 300km.

Nos amis du 750MC représentaient plus de la moitié des équipages et étaient majoritairement en voitures d’avant-guerre avec 10 Austin Seven, 1 Alvis Silver Eagle, une  Morris 8…, les Français roulaient en après-guerre :une Dyna X, une Borgward, une 2CV, une Morgan, une 404 cabriolet, une Simca 8 cabriolet, une Talbot 1510…

IMG_2426

Ce rallye se déroulait du 16 au 30 août 2014 et 26 équipages y ont participé. La première étape nous amena à Rouen qui constituait de fait le premier rassemblement de la totalité du groupe. La route étant assez peu longue, il restait du temps en fin de journée pour commencer la visite de la ville de Rouen. La journée suivante étant une journée de pause, la visite de Rouen se poursuivit.

Le 3ème jour : lundi 18 août, les équipages reprennent la route pour rejoindre Amboise où nous passons deux nuits également. Nous arrivons dans une région très riche en châteaux : Amboise, Le Clos Lucé (où Léonard de Vinci termina ses jours), Chaumont sur Loire aux jardins magnifiques, Chenonceau….

Place aux photos correspondant à ces quatre premières journées :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rallye des avant-guerre

Notre rallye des avant-guerre nécessitant de l’hébergement et de la restauration, il ne nous est pas possible de prendre d’engagements fermes auprès d’hôtels ou de restaurants pour les dates choisies des 27 et 28 juin.

Aussi, nous avons pris la décision d’annuler l’édition 2020 de notre rallye des avant-guerre. Ce n’est pas de gaieté de coeur mais il vaut mieux se protéger à présent et mieux profiter ensuite.

Rallye de Pentecôte

La municipalité d’Audruicq a décidé que toutes les festivités qui ont lieu tous les ans le week-end de Pentecôte seront annulées cette année.

Nous n’avions pas encore décidé du sort de notre rallye de Pentecôte, mais à présent il est acté qu’il n’aura pas lieu.

IMG_0955

Nous espérons vous trouver d’autant plus nombreux sur les rallyes suivants et vous nous vous souhaitons de passer le mieux possible ces moments difficiles.

Bourse d’Audruicq 2020

Avis de tempête sur la bourse… 

P1060185

L’affaire avait pourtant plutôt bien débuté. Ayant pu disposer de la salle dès le vendredi matin, les tables étaient dressées en début d’après-midi et les voitures toutes rentrées le samedi midi. Ceci a permis de se préparer sereinement, de revoir les nouvelles consignes et d’accueillir les exposants du samedi.

Malheureusement, les calamités météorologiques annoncées étaient bien au rendez-vous dimanche matin. Nous avons connu tous les temps, mais là …

P1060207

Si nous n’avons pas déploré de défection à l’intérieur, c’était la débandade dehors. Quelques courageux, plutôt même téméraires, ont bien tenté de déballer, mais la majorité a renoncé, ce qui est tout à fait compréhensible. (Remercions cependant au passage ceux qui ont eu la courtoisie élémentaire de prévenir ; ça se fait). Mention particulière pour le club LAND ROVER qui a tenu bon jusqu’au soir, assurant même le dépannage de quelques naufragés embourbés ; chapeau bas et un grand merci ! Leur plus haut fait d’armes fut de désembourber un Land moderne … avant d’expliquer au propriétaire comment se mettre en 4X4, ça ne s’invente pas.

Très gros stress donc à l’ouverture, mais le miracle s’est produit ! Les passionnés, les purs, les fidèles étaient au rendez vous, une deuxième caisse rapidement ouverte. Le public se concentrant à l’intérieur, l’impression de foule était plus perceptible que d’habitude, et la circulation dense dans les allées.

P1060184

La présence de nouveaux exposants (sellier, outillage, sablage, …) a été saluée et le plateau a connu un franc succès. La question récurrente concernait l’origine des voitures, et l’incrédulité était visible quand ils apprenaient qu’elles sortaient des garages du TCC. L’étiquetage précis a beaucoup plu. Le niveau était tout à fait comparable à celui de l’expo Citroën en 2019. Vu ce succès mérité, Michel travaille déjà sur le thème 2021. Le thème de l’exposition : « L’âge d’or des caisses carrées » nous a permis de rassembler 11 véhicules d’avant-guerre caractéristiques ce cette période où on ne parlait pas encore d’aérodynamisme. La liste est la suivante :

  • Rolland Pilain 1924
  • Renault NN 1924 dans son état d’origine remarquable
  • Chenard et Walcker Z5 1928
  • Citroën B14 1928
  • Citroën C4 1929
  • Talbot M67 1931
  • Bugatti 49 coupé Vanvooren 1931
  • Citroën Rosalie 15 familiale grand luxe 1933
  • Mathis EMY4s 1933
  • Austin 10 Colwyn 1934
  • Austin 7 Opal 1936

P1060231

P1060199

Vous les retrouverez dans le diaporama en fin de compte-rendu. A noter que la plupart de ces voitures participent tous les ans à notre rallye réservé aux avant-guerre qui a lieu à la fin juin, le prochain étant programmé les 27 et 28 juin 2020.

Les clubs amis étaient présents, les rencontres aussi nombreuses et nous avons eu le plaisir de croiser d’anciens exposants, comme Francis HOUSSOY, JP MESPELAERE ou encore Monsieur BOWDEN, l’Anglais qui vendait des miniatures dans la petite salle (aller-retour dans la journée en ferry ! Il faut avoir le pied marin!). La réputation conviviale de notre club n’est pas une légende.

Les conditions particulières n’ont permis qu’une validation partielle des nouvelles procédures, mais elles se sont révélées efficaces. Toutes les équipes ont fait face et se sont adaptées ; saluons tout particulièrement ceux qui ont assuré les postes en extérieur dans des conditions cataclysmiques, un grand MERCI à eux ! De nouvelles têtes, plus jeunes, sont apparues, et des habitués ont révélé des dispositions prometteuses.

Malgré une timide reprise l’après midi, nous avons décidé d’avancer à 17h la fermeture de la bourse. L’ensemble des exposants paraissait plutôt satisfait, notamment en comparaison d’autres manifestations récentes, exposées à des intempéries comparables ; la mezzanine a rarement été aussi fréquentée. On pourrait finalement adopter cette expression suisse : « on a été déçus en bien », tellement le pire était envisagé.

Certes, le cap des 2000 visiteurs n’a pas été atteint, mais les mesures décidées pour cette édition devraient lui assurer un bel avenir. Toute l’équipe du TCC a fourni un travail remarquable et nous pouvons être fiers de notre club. Merci à tous.

On ne saurait évidemment conclure sans saluer le courage des visiteurs, certains même en anciennes, qui ont fait, contre vents et marées, le déplacement, une reconnaissance pour le travail constant pour améliorer et développer notre bourse.

La notorité acquise par la bourse d’Audruicq  en fait une occasion de rassemblement et de rencontres. Les habitués, dont certains sont là depuis la première édition, se rencontrent sans avoir eu besoin d’en faire la démarche ; sans doute parce qu’une ambiance particulière se dégage autour de l’accueil, du bar, de l’espace restauration ou au détour des allées devant les stands et qu’on est content de revenir pour cette première bourse de l’année.

Ce sont des souvenirs, parfois lointains qui sont évoqués…les plus vieux voient arriver de nouvelles générations aux motivations, peut-être, un peu différentes de par les véhicules collectionnés mais dont l’esprit reste le même que celui qui a maintenu intacte la passion pour ces « anciens » toujours présents et devenus quelque peu expérimentés pour prodiguer quelques modestes conseils…

P1060248

L’occasion aussi de renouer avec d’anciens amis perdus de vue. A l’accueil, j’ai discuté un bon moment avec un visiteur avant qu’il ne me reconnaisse au timbre de ma voix et que je n’avais pas vu depuis  plus de 30 ans. Depuis cette époque je roule toujours dans ma Traction et lui aussi…!!! L’intérêt est toujours le même et nous nous sommes promis de rester en contact.

On peut aussi évoquer la cohésion et la stabilité de l’équipe des bénévoles avec l’arrivée d’adhérents motivés et plus jeunes pour assurer l’avenir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Texte : Philippe Valton et Michel Truquet

Photos : Philippe Valton